En pleine préparation des JO de Tokyo, le Comité international olympique devrait reconduire mercredi pour quatre ans son président Thomas Bach, dont le mandat tumultueux concentre tous les enjeux du sport mondial.

Principal objet de la 137e session du CIO, prévue à Athènes et finalement tenue en visioconférence, le scrutin ne réserve qu'une inconnue: seul en lice, le Bavarois de 67 ans sera-t-il réélu à l'unanimité ?

Avant de se prononcer à partir de 15H30 (14H30 GMT), les 103 membres de l'instance olympique éplucheront le bilan de l'Agenda 2020, feuille de route de Thomas Bach adoptée après son accession à la présidence en 2013, dont "85%" des propositions ont été mises en œuvre.

A l'actif de l'ancien champion olympique d'escrime, une sécurisation à long terme des intérêts du CIO, de ses ressources financières à l'organisation des Jeux olympiques, menacée par la raréfaction des candidatures et l'explosion des coûts.

Outre le retentissant accord signé en 2014 avec la chaîne américaine NBC, lui confiant pour 7,65 milliards de dollars (6,43 milliards d'euros) les droits TV des Jeux jusqu'en 2032, l'instance basée à Lausanne a plus que doublé les recettes de son programme "TOP" de sponsoring international.

Côté accueil des Jeux, rompant avec la mise en concurrence publique des candidats selon un calendrier immuable, Thomas Bach a pour la première fois attribué deux éditions en septembre 2017, soit les JO-2024 à Paris et ceux de 2028 à Los Angeles.

- L'ombre du dopage russe -

Privilégiant les sites déjà dotés des installations requises, l'instance olympique vient d'accorder le statut de "candidat préférentiel" pour les JO-2032 à la ville australienne de Brisbane, bien que le Qatar soit lui aussi sur les rangs.

Et pourtant, même après huit ans de mandat, Thomas Bach "le malchanceux" n'a pas encore "présidé des Jeux véritablement irréprochables", soulignait dimanche le site spécialisé Inside The Games.

Certes, la préparation chaotique des JO de Rio en 2016, entre chantiers inachevés et destruction violente de favelas, a plutôt conforté l'Allemand dans sa volonté d'éviter à l'avenir les constructions pharaoniques.

Mais s'y est ajouté le rocambolesque feuilleton du dopage russe, qui a éclaboussé rétrospectivement les JO-2014 de Sotchi, puis ceux de Rio et de Pyeongchang en 2018, avec des décisions contradictoires du CIO, de l'Agence mondiale antidopage et du Tribunal arbitral du sport.

Pour demeurer "le gouverneur du sport mondial", l'instance doit désormais composer avec une multitude de structures, relève Jean-Loup Chappelet, professeur émérite à l'Université de Lausanne et le spécialiste de l'olympisme.

Le CIO y a ajouté en 2018 son propre bébé, la jeune Agence de contrôles internationale (ACI, ou ITA), chargée des analyses antidopage des JO et d'une quarantaine de fédérations internationales, et qui doit retester d'ici mi-2021 les échantillons des Jeux de Sotchi.

- Pékin déjà contestée -

Enfin, alors que les JO-2020 de Tokyo devaient célébrer la reconstruction du Japon après le tsunami de 2011 et l'accident nucléaire de Fukushima, la pandémie de Covid-19 a transformé en cauchemar sanitaire le plus grand rassemblement pacifique au monde.

Si les Jeux ont été décalés d'un an, du 23 juillet au 8 août prochains, Thomas Bach doit à chaque sortie convaincre qu'ils auront bien lieu, et tenter d'insuffler de l'enthousiasme à la perspective de ces épreuves sous cloche.

Avant même le rendez-vous tokyoïte, s'ébauchent déjà les autres chantiers de l'instance olympique, à commencer par le maintien de sa "neutralité politique", l'amélioration de son impact climatique ou la féminisation des instances.

Depuis plusieurs mois, les appels à boycotter les Jeux d'hiver de Pékin en 2022 se multiplient en raison de la répression chinoise contre la minorité musulmane des Ouïghours.

Pour le CIO, ce débat coïncide avec une refonte en cours de l'article 50 de la charte olympique, qui bannit pour l'heure toute "démonstration ou propagande politique, religieuse ou raciale".

Pour Jean-Loup Chappelet, l'instance olympique pourrait "affirmer la liberté d'expression des athlètes, sauf sur le podium et le terrain", ouvrant ainsi la voie à des protestations individuelles en Chine.