Le candidat libéral Rafal Trzaskowski pourrait battre de justesse le président sortant conservateur Andrzej Duda lors du second tour de la présidentielle dimanche en Pologne, selon deux derniers sondages publiés vendredi.

Un troisième sondage estime cependant que le président Duda pourrait recueillir 53% des suffrages, contre 47% pour le maire de Varsovie Rafal Trzaskowski, et la plupart des analystes considèrent qu'il est trop tôt pour se prononcer, la mobilisation des électeurs constituant un facteur clé.

Soutenu par le principal parti d'opposition, Plate-forme civique (PO), Rafal Trzaskowski a gagné du terrain auprès d'électeurs craignant que la victoire de son rival aide le parti Droit et Justice (PiS), au pouvoir, à aller de l'avant dans des réformes controversées, notamment dans le domaine de la justice, critiquées par l'UE.

Les partisans du président sortant estiment pour leur part qu'il apporte une meilleure garantie pour conserver toute une série d'avantages sociaux.

L'élection, initialement prévue le 10 mai, avait été reportée en raison de la pandémie de coronavirus.

Selon un sondage de l'institut indépendant Kantar réalisé pour la chaîne d'informations en continu TVN24, Rafal Trzaskowski obtiendrait 46,4% des suffrages, contre 45,9% pour son adversaire.

Mais 7,7% des 1.500 sondés se disent encore indécis.

Un sondage IBRIS du 8 juillet a pour sa part indiqué que le maire de Varsovie obtiendrait 45,3% des votes, contre 44,4% pour le président sortant, et 10,3% d'indécis sur les 1.100 sondés.

Un troisième sondage CATI Ipsos effectué les 7 et 8 juillet a de son côté prédit une victoire d'Andrzej Duda par 53% des voix, contre 47% pour son adversaire, avec seulement 3% d'indécis sur un échantillon de 1.014 personnes.

Le président Duda est considéré comme un allié clé du président américain Donald Trump, alors que les partenaires européens de Varsovie critiquent ses réformes, estimant qu'elles érodent la démocratie, trois décennies à peine après la chute du communisme.