Procès Heaulme: vers la mise en examen de Leclaire

Publié le à Metz (AFP)

On s'oriente "vraisemblablement" vers une mise en examen d'Henri Leclaire dans l'affaire du double meurtre de Montigny-lès-Metz, a estimé mardi Me Thomas Hellenbrand, l'avocat de cet homme entendu comme simple témoin au procès de Francis Heaulme.

"Est-ce que je souhaite qu'il soit mis en examen? Vraisemblablement, c'est vers cela qu'on s'oriente", a estimé Me Hellenbrand, à l'issue d'une audition extrêmement tendue de son client devant la cour d'assises de Moselle, au cours de laquelle Henri Leclaire s'est enferré dans des déclarations contradictoires.

"Vingt-huit ans ans plus tard, sans scellés, sans pièces à conviction, c'est une parodie de justice", a-t-il dénoncé, jugeant "lamentable" l'interrogatoire d'Henri Leclaire devant la cour.

Au deuxième jour du procès de Francis Heaulme pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz, Henri Leclaire a réitéré qu'il n'avait pas tué les deux enfants, et affirmé à plusieurs reprises qu'il ne s'était pas trouvé le dimanche 28 septembre 1986 dans les parages du lieu du crime, contrairement à ce qu'affirment d'autres témoins.

Revenant sur les contradictions mises au jour par l'audition, Me Hellenbrand a affirmé: "Mon client raconte tout et n'importe quoi. Il a horreur du vide, alors il répond n'importe quoi. Il y a trop de pression".

Son audition initialement prévue la semaine prochaine avait été avancée à la suite de nouveaux témoignages de dernière minute qui jettent le doute sur ses affirmations.

Henri Leclaire - qui avait été blanchi par l'enquête - s'était accusé, lors d'une garde à vue en décembre 1986, du double meurtre d'Alexandre Beckrich et Cyril Beining, 8 ans, massacrés à coups de pierre quelques mois plus tôt, le 28 septembre, au bord d'une voie ferrée à Montigny-les-Metz. Mais il s'était ensuite rétracté.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.