Rude tirage! Le 8e de finale de Ligue des champions à venir contre le FC Barcelone, officialisé lundi, ravive au Paris SG le cauchemar de la "remontada" subie en 2017... Mais les nouvelles sont "rassurantes" pour sa superstar Neymar, touchée à une cheville.

L'ancien attaquant suisse Stéphane Chapuisat a eu la main lourde avec le PSG, lors du tirage au sort effectué lundi midi à Nyon (Suisse). Il lui a attribué l'un des deux adversaires les plus redoutables sur le papier, avec l'Atlético Madrid.

Le Barça de Lionel Messi! Une affiche en or pour la compétition, mais griffée des éraflures nées de la rivalité récente entre les deux clubs.

Les antécédents entre Parisiens et Barcelonais - l'équipe que le PSG a le plus souvent affrontée en Coupe d'Europe de son histore (11 fois) - remontent aux années 90, avec la finale de la Coupe des coupes remportée par les Catalans en 1997 (1-0).

Le Barça a également éliminé deux fois en quarts le PSG de Laurent Blanc, en 2013 et 2015.

Mais depuis, la tension a pris une dimension supplémentaire, dans le fracas de la fameuse "remontada" de mars 2017: vainqueur 4-0 à l'aller, le PSG a sombré 6-1 au Camp Nou, lors d'une déroute historique qu'il a longtemps traînée comme un boulet.

Cinq mois plus tard, Paris a pris une belle revanche au mercato en attirant son bourreau, Neymar, contre une indemnité record de 222 M EUR qui laisse les supporters catalans amers.

- Neymar vs Messi -

La superstar brésilienne a créé un pont invisible entre les deux villes, où le téléphone rouge sonne dans les moments de tensions, comme en août 2019, quand "Ney" clame son désir de retrouver la Catalogne.

Dernièrement, le maître à jouer brésilien a créé de nouvelles frictions, en affirmant son souhait de rejouer avec son ancien complice Messi, en fin de contrat en 2021. Mais de quel côté des Pyrénées ?

Le spleen de la "Pulga" argentine fait rêver la capitale d'un nouveau transfert XXL, mais son président Nasser Al-Khelaïfi a refusé d'aborder la situation d'un joueur sous contrat avec un autre club.

Les retrouvailles espérées entre Messi et Neymar, s'il est apte, seront l'attraction de cette affiche: un duel d'individualités, en l'absence de collectifs forts.

Le Barça se remet toujours de sa raclée historique subie face au Bayern (8-2) en quarts de la C1 en août dernier. Son actuelle huitième place en Liga témoigne de l'ampleur du chantier, de la défense à l'attaque, où Antoine Griezmann cherche encore sa place.

Le PSG, s'il a réussi à se qualifier comme premier de son groupe, a livré dimanche contre Lyon (défaite 1-0) l'une de ses pires performances de la saison, rappelant qu'il n'avait pas encore trouvé son rythme de croisière.

- Neymar incertain pour Lille -

"Un grand pas en arrière", a fustigé l'entraîneur Thomas Tuchel.

Mais le technicien allemand a sans doute été rassuré par les examens médicaux passés par Neymar, sorti dimanche sur civière lors de la défaite contre Lyon (1-0), après un tacle de Thiago Mendes qui a pris en tenaille sa cheville gauche.

"Le bilan clinique et radiologique de Neymar, dans les suites du mécanisme d'entorse de la cheville gauche (....) est rassurant", a annoncé le PSG, sans préciser de durée d'indisponibilité.

Toutefois, il semble peu probable de voir "Ney" fouler la pelouse du stade Pierre-Mauroy dimanche, pour le choc contre Lille, nouveau leader de Ligue 1.

Sa blessure a créé un début de polémique, amplifié par les antécédents médicaux du fragile maître à jouer brésilien, qu'a voulu éteindre Thiago Mendes, expulsé pour son geste dangereux.

"Les erreurs, ça arrive. Mais je suis ici pour demander sincèrement pardon à Neymar", a-t-il écrit sur Instagram durant la soirée.

Le joueur a voulu répondre le père de Neymar, en colère face aux fautes que subit régulièrement son fils.

"Pu... Jusqu'à quand? On en a tellement parlé, on a tellement souligné ces excès de violence! (...) Continuons ainsi et le football va beaucoup perdre", a lancé le "Pai" ("Papa") sur les réseaux sociaux.