La compagnie maritime Brittany Ferries va réduire ses traversées entre la France et l'Angleterre et procéder à des mesures de chômage partiel, moins d'une semaine après l'annonce d'une quarantaine britannique pour les voyageurs venant de l'Hexagone, a-t-on appris mercredi.

Brittany Ferries, dont 85% des passagers sont Britanniques, a enregistré 35.000 annulations ou reports de voyages depuis le week-end dernier. "En raison de cette baisse de fréquentation, et comme les réservations pour l'automne tombent dramatiquement, Brittany Ferries annonce ce jour consolider ses traversées", indique la compagnie dans un communiqué.

Le navire Bretagne, qui opérait la ligne reliant Portsmouth à Saint-Malo, sera ainsi désarmé à compter du 7 septembre et ne devrait pas reprendre du service avant mars 2021.

Le navire Armorique, qui effectuait la rotation Roscoff-Plymouth s'arrêtera le 31 août et ne sera remplacé par le Pont-Aven qu'à compter du 10 septembre à raison de trois allers-retours par semaine.

La compagnie annonce également qu'elle aura recours à des mesures de chômage partiel. "Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser naviguer nos navires avec peu de passagers à bord", a déclaré Christophe Mathieu, directeur général de la compagnie finistérienne, cité dans le communiqué.

"Il est indispensable que le prochain Conseil des ministres puisse examiner un plan de relance qui tienne compte des mesures d’accompagnement du Transmanche (...) mesures qui sont les seules à même de venir à bout de cette tempête sanitaire mondiale sans égale", a ajouté le président du groupe, Jean-Marc Roué.

Basée à Roscoff (Finistère), Brittany Ferries emploie entre 2.400 et 3.100 personnes selon la saison et a réalisé 444,2 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2019.

La compagnie a transporté l'an dernier 2,6 millions de passagers, près de 900.000 voitures et 205.400 camions entre la France, le Royaume-Uni, l'Irlande et l'Espagne.