Quinze morts dans le crash d'un avion cargo en Iran

Publié le à Téhéran (AFP)

Quinze personnes sont mortes dans le crash d'un avion militaire iranien lundi matin près de Téhéran, après l'échec d'un atterrissage d'urgence, a annoncé l'armée iranienne.

"Un Boeing 707 cargo transportant de la viande a décollé de Bishkek au Kirghizstan et a dû procéder à un atterrissage d'urgence à l'aéroport Fath", au nord-ouest de Téhéran, a indiqué l'armée dans un communiqué diffusé sur son site internet.

"L'avion avait à son bord 16 passagers, dont 14 étaient des militaires et deux des civils. Quinze sont tombés en martyrs et une personne, le mécanicien naviguant, a été blessé et est hospitalisé", a déclaré le porte-parole de l'armée, Amir Taghikhani, à la télévision d'Etat.

L'appareil "est sorti de la piste à l'atterrissage et a pris feu après avoir heurté un mur en bout de piste", selon l'armée.

Des photographies obtenues par l'AFP montrent des débris calcinés du fuselage d'un avion aux couleurs de l'armée de l'air iranienne, son nez encastré dans un bâtiment.

D'autres débris du train d'atterrissage et d'un réacteur étaient également éparpillés sur le lieu du crash.

Les enquêteurs ont trouvé la boîte noire de l'avion, a indiqué Azizollah Shahbazi, le gouverneur de la province d'Alborz où se trouve l'aéroport Fath, à l'agence Tasnim.

- Débris en feu -

Irib, la radio-télévision iranienne, a diffusé des images de débris de l'appareil en feu et des images publiées par des médias locaux montrent des carcasses d'animaux calcinées à bord de l'appareil.

Une vidéo publiée par l'agence Fars montre des équipes d'urgence découpant le nez de l'appareil, toujours en train de brûler à l'intérieur de l'immeuble dans lequel il s'est encastré, présenté par Fars comme un complexe résidentiel vide.

L'Iran a été endeuillé par plusieurs catastrophes aériennes depuis 2003. La compagnie Aseman Airlines a été contrainte en février 2018 de clouer au sol sa flotte d'avions ATR après le crash de l'un d'eux dans les montagnes de Zagros, qui avait tué les 66 personnes à bord.

Par le passé, l'Iran a accusé les Etats-Unis de mettre en danger son système de transport aérien du fait des sanctions commerciales américaines le visant.

L'industrie du transport aérien en Iran a été soumise à partir de 1995 à un embargo américain empêchant les compagnies d'acheter des avions civils ou des pièces détachées et les forçant à clouer au sol une partie de leur flotte.

Avec la crise provoquée à partir de 2003 par la question nucléaire iranienne sont venues s'ajouter des sanctions commerciales supplémentaires des Etats-Unis, mais aussi de l'Union européenne et des Nations unies.

L'accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015 par l'Iran et le Groupe des Six (Allemagne, Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie) a permis de lever une partie de ces mesures en échange de garanties apportées par l'Iran pour prouver qu'elle ne cherche pas à se doter de l'arme atomique.

Sous l'impulsion du président américain Donald Trump, les Etats-Unis se sont toutefois retirés en mai 2018 de cet accord et ont rétabli une série de sanctions économiques contre Téhéran.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.