Référendum dans l'Est de l'Ukraine - EN DIRECT

Publié le à Donetsk (Ukraine) (AFP)

18:42 GMT - Donetsk - Les bureaux de vote ferment à Donetsk, constate Marion Thibaut pour l'AFP.

18:20 GMT - Blessés - Des tanks et des soldats ukrainiens bloquent le passage de cinq cents habitants du village de Baranikovka, selon le secrétaire de presse de l'Armée du Sud-Est ukrainien, Vassili Nikitine, cité par l'agence russe Interfax.

"J'ai entendu des coups de feu par téléphone. Je sais qu'il y a deux personnes blessées", a-t-il dit à Interfax. L'incident a eu lieu vers 19H heure locale (16H GMT), selon Ria Novosti.

18:03 GMT - Mauvaise blague - "N'attribuez pas au "vote" dans l'Est de l'Ukraine une importance démesurée. C'est une blague et une très mauvaise", twitte le représentant français de l'ONU en Ukraine, Gérard Araud.

17:55 GMT - Chiffres - Anatoli Khmelevoï, chef local du PC et maître d'oeuvre du référendum, déclare au journaliste de l'AFP Bertrand de Saisset: "je m'attends à 90 % de 'oui' à Slaviansk" car "la plupart des gens qui sont allés voter y sont allés pour voter 'oui'". Selon lui, au village de Maïak près de Slaviansk, il y eu "93% de oui".

17:41 GMT - Dissidence - A Svatove, le maire a refusé d'organiser le référendum sur l'indépendance de la région de Lougansk, dont sa ville fait partie: un cas apparemment unique de dissidence dans l'est de l'Ukraine.

"Mon devoir est de faire respecter la loi ukrainienne. La population doit exprimer son opinion dans un cadre légal. Ce n'est pas le cas pour ce +référendum+", affirme à l'AFP Evguen Rybalko, maire depuis 2010 de cette ville de 20.000 habitants.

17:40 GMT - Non à "l'annexion" - "On ne doit pas entrer en guerre avec la Russie", affirme Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, dans une interview au Washington Post.

Le ministre déclare également que "nous ne pouvons accepter l'annexion ou le fait que l'Ukraine soit contrôlée ou envahie".

17:31 GMT - Participation - La participation au référendum était de plus de 71,42% à 20h, a annoncé le coordinateur de la Commission électorale centrale de la République populaire de Donetsk, Boris Litvinov, à l'agence de presse Ria Novosti. Un peu plus tôt, la secrétaire de la commission électorale de la ville de Donetsk annonçait une participation de près de 80%.

Le leader du "Front populaire" de la région de Lougansk, Alexeï Tchmilenko a pour sa part déclaré à l'agence Interfax que seulement 5% des votants se sont prononcés contre l'indépendance.

17:27 GMT - Impact - Selon un tweet de l'ambassade américaine à Londres, la Russie aurait déjà enregistré une fuite de capitaux à hauteur de 100 milliards de dollars depuis le début de la crise ukrainienne.

17:22 GMT - Unis - Le ministère des Affaires étrangères ukrainien fait référence, dans un communiqué, à un sondage de l'Institut américain Pew, selon lequel 70% des Ukrainiens préfèrent vivre dans une Ukraine unifiée.

17:17 GMT - Opposition européenne - L'Union européenne ne reconnaît pas les résultats des "prétendus référendums" pour l'indépendance des fiefs de Donetsk et Lougansk dans l'Est ukrainien, déclare Maja Kocijancic, porte-parole de la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton

Ceux qui les ont organisés "n'ont pas de légitimité démocratique", ajoute-t-elle.

17:13 GMT - Fin de journée - Dans le bureau n°1 du centre de Donetsk, des petits lampes ont été ajoutées dans les isoloirs car la lumière décline en fin de journée.

Oleg, 35 ans, est venu après son travail: "Nous voulons vivre en Ukraine mais seulement si le gouvernement tient compte de nos opinions".

17:10 GMT - Fermeture des bureaux - La majorité des bureaux de vote ont fermé à 20h heure locale (17h GMT), selon l'agence de presse russe Ria Novosti.

Mais dans certaines villes minières, dans les secteurs d'Altchevsk et de Poposnaïa, ils resteront ouverts jusqu'à 23h heure locale (20h GMT), étant donné les horaires de travail qui y sont observés.

17:06 GMT - "Faux référendums" - Carl Bildt, le ministre suédois des Affaires étrangères, twitte: "les résultats des faux référendums dans l'Est de l'Ukraine seront probablement faux. Il n'y aucun moyen de connaître ne serait-ce que la participation".

17:01 GMT - Soutien - Comme d'autres représentants occidentaux avant lui, le président du Conseil européen Herman Van Rompuy se rendra à Kiev, demain, pour apporter son soutien au gouvernement ukrainien.

16:55 GMT - Fichiers non actualisés - Il n'y a aucun observateur indépendant dans les bureaux de vote de l'Est ukrainien, ni de fichiers électoraux mis à jour. Toute personne se présentant peut donc voter, constate un journaliste de l'AFP.

16:50 GMT - Condamnation polonaise - Le référendum en Ukraine "a été organisé illégalement par des groupes séparatistes armés, au mépris du droit international et de la constitution ukrainienne", souligne le ministère polonais des Affaires étrangères dans un communiqué. La Pologne "ne reconnaît pas" les résultats de cette consultation", ajoute le communiqué.

16:46 GMT - Résultats lundi - Les résultats ne seront annoncés que lundi, déclare Roman Liaguine, chef de la commission électorale. Après le référendum "viendra le temps de la négociation avec les autorités de Kiev", ajoute-t-il.

16:30 GMT - Recalés - A Slaviansk, des insurgés chargés de protéger la ville d'un assaut de l'armée ukrainienne ont eu la mauvaise surprise de ne pas pouvoir voter faute de papiers d'identité.

"Aucun de nous n'a de passeport", explique un homme en treillis, qui, comme les autres insurgés pro-russes de son détachement, a brûlé ses papiers car il ne veut plus être considéré comme un citoyen ukrainien.

16:04 GMT - Troupes russes - La Russie n'a pas retiré ses troupes massées à la frontière avec l'Ukraine, affirme le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel dans un entretien télévisé.

Mercredi, le président russe avait déclaré que son pays avait retiré ses soldats de la frontière. L'Otan avait estimé fin avril que près de 40.000 hommes s'y trouvaient.

16:00 GMT - "Souveraineté" - La Roumanie appelle la Russie à ne pas reconnaître "les prétendus référendums" organisés par les séparatistes pro-russes et à "respecter l'intégrité territoriale et la souveraineté de l'Ukraine", dans un communiqué du ministère roumain des Affaires étrangères.

Selon Bucarest, "le droit international ne permet pas la sécession d'une province ou d'une région en l'absence du consentement de l'Etat dont ces dernières font partie".

15:37 GMT - Mercenaires américains - Environ 400 mercenaires d'une entreprise américaine opéreraient en Ukraine aux côtés des soldats et de la police ukrainienne dans des opérations contre les séparatistes prorusses, selon le journal allemand Bild am Sonntag (BamS).

Ces mercenaires coordonneraient des opérations de guerilla contre les séparatistes autour de l'enclave de Slaviansk.

15:19 GMT - Abstention - Irina, habitante de Donetsk, refuse d'aller voter. "Tout cela me met très mal à l'aise. Ce n'est pas un vote normal. Regardez ce qui se passe, les gens vont voter au milieu d'hommes qui portent des armes. Nous avons une région magnifique et nous allons la faire couler", dit-elle à l'AFP.

15:05 GMT - "Vraies-fausses consultations" - François Hollande a dénoncé dimanche, à son arrivée à Bakou pour une tournée dans le Caucase, de "vraies-fausses" consultations "nulles et non avenues" en Ukraine, à propos du référendum organisé par les séparatistes pro-russes.

Ces "vraies-fausses consultations", ce "faux-semblant", n'a "aucun sens" et est "nul et non avenu", a-t-il déclaré, affirmant que "la seule élection qui vaudra" sera l'élection présidentielle du 25 mai en Ukraine.

14:59 GMT - Exemple yougoslave - "Je veux l'indépendance vis à vis de tous les pays", explique à l'AFP Nikolai Cherepin, ancien ouvrier à Marioupol. "La Yougoslavie a bien éclaté, et ils vivent bien maintenant là-bas".

14:55 GMT - Contraste - Le calme qui règne à Kiev contraste avec l'agitation dans l'Est du pays: les familles profitent du soleil et la place de l'Indépendance (Maidan) est presque désertée, témoigne le journaliste de l'AFP Richard Carter.

14:51 GMT - Stromae - Dans les petites épiceries de Donetsk, on écoute "Papaoutai" de Stromae en attendant les résultats du référendum, twitte la journaliste de l'AFP Marion Thibaut.

14:48 GMT - Transparence - A Donetsk, les urnes où sont déposés les bulletins de vote sont transparentes, rapporte l'AFP, il est donc aisé de voir qui vote pour quoi.

14:45 GMT - A Moscou aussi - Un bureau de vote pour le référendum sur l'indépendance des "républiques" de Donetsk et Lougansk est aussi ouvert à Moscou, devant lequel plusieurs milliers de personnes font la queue cet après-midi, rapporte le journaliste de l'AFP Maxime Popov.

Il n'est pas clair qui organise et tient ce bureau, mais le vote se fait sur présentation du passeport ukrainien et d'un titre de résidence (propiska) de Lougansk ou Donetsk.

14:43 GMT - Marioupol - A Marioupol, des hommes armés en tenue de camouflage bloquent l'entrée des bâtiments administratifs régionaux au centre de la ville, constate le reporter de l'AFP Max Delany. Des d'habitants continuent d'aller voter dans une petite tente bleue sur la place centrale.

14:35 GMT - EN DIRECT - Plus de sept millions d'Ukrainiens de l'Est sont appelés à voter dimanche pour décider du sort des régions de Donetsk et Lougansk, frontalières de la Russie, ce qui pourrait déboucher de facto sur une nouvelle partition du pays.

Sur les bulletins, imprimés par les rebelles prorusses, une question : "Soutenez-vous la proclamation d'autodétermination de la République (...) ?"

La consultation a été qualifiée par Kiev de "farce criminelle" financée par la Russie.

Le référendum a démarré dans le calme dimanche matin à 05H00 GMT et semblait avoir attiré une foule conséquente à la mi-journée.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.