Qui pouvait empêcher Novak Djokovic de remporter son 18e titre du Grand Chelem à l'US Open ? Il y a encore quelques heures, vraisemblablement personne. Mais c'est pourtant un autre joueur qui soulèvera la coupe car le N.1 mondial a été disqualifié en 8es de finale dimanche sur un geste d'humeur.

"Parce qu'il a été disqualifié, Djokovic va perdre tous les points ATP gagnés à l'US Open et va recevoir une amende du montant de son prize money en plus de toute autre amende éventuellement décidée en fonction de l'incident", a précisé l'USTA.

Fin du premier set contre Pablo Carreno (27e). Une balle frappée par le Serbe sans regarder vers le fond du court va heurter une juge de ligne à la gorge. La juge pousse un cri et s'effondre, Djokovic se précipite vers elle. Elle se relève, il va s'asseoir. Mais le règlement est sans appel: tout joueur coupable de ce type de geste, même involontairement, est exclu.

Les cas de disqualification en Grand Chelem sont rares. Mais celle de John McEnroe à l'Open d'Australie 1990 avait déjà marqué les esprits.

Djokovic avait eu un premier geste d'humeur quelques points auparavant, lorsqu'il avait violemment frappé une balle contre une balustrade.

Ses nerfs étaient soumis à rude épreuve car il avait mené 5-4 et avait eu trois balles pour remporter le set 6-4 sur le service de Carreno, mais l'Espagnol avait réussi à les sauver et a égaliser à 5-5. Et le Serbe avait perdu dans la foulée sa mise en jeu, ce qui a provoqué son geste malheureux.

"C'est vraiment pas de chance, a commenté Alexander Zverev qui passait au même moment en conférence de presse. Il y a une règle pour ça. Je pense que le superviseur fait son boulot. Mais c'est vraiment pas de chance pour Novak".

- Probabilité infime -

Dans un stade vide en raison du huis clos, la probabilité que la balle de Djokovic touche quelqu'un était particulièrement faible.

En l'absence de ses principaux rivaux Rafael Nadal et Roger Federer, le Serbe qui est considéré comme le meilleur joueur sur dur et qui était invaincu depuis le début de l'année avec 26 victoires en autant de matchs, semblait sur des rails pour remporter son 18e titre du Grand Chelem.

L'US Open 2020 sera donc le premier Majeur à avoir un autre vainqueur que l'un des membres du Big 3 depuis son édition 2016 remportée par Stan Wawrinka. Plus encore il y aura à New York cette année un tout nouveau vainqueur de Grand Chelem.

Zverev, lui, jouera les quarts. L'Allemand avait déjà atteint les quarts d'un Majeur, mais c'était à Roland-Garros et en Australie (où il est même allé en demies cette année), jamais à l'US Open. C'est désormais chose faite après sa démonstration (6-2, 6-2, 6-1) face à l'Espagnol Alejandro Davidovich Fokina (99e) qui disputait son premier US Open.

Zverev a fait la loi sans se voir opposer de résistance, infligeant 18 aces, 38 coups gagnants et convertissant 7 de ses 10 balles de break.

De son côté, Jennifer Brady (41e) a surclassé l'Allemande Angelique Kerber (23e) 6-1, 6-4. Malheureusement, elle s'est blessée aux adducteurs et si elle a pu terminer son match victorieusement, la blessure pourrait la gêner sur le long terme.

- Babos pleure -

"J'ai fait un excellent premier set", s'est-elle félicitée. "Dans le 2e, je me suis concentrée sur chaque point et j'étais frustrée de sentir cette douleur. Je suis très heureuse d'avoir gagné en 2 sets", a-t-elle commenté.

A 25 ans, elle jouera pour la première fois un quart de finale de Grand Chelem, contre la Kazakhe Yulia Putintseva (35e).

Par ailleurs, sortie de la bulle new-yorkaise, la Hongroise Timea Babos a étalé sa détresse après son éviction du tournoi de double samedi à la suite de l'interdiction faite à sa partenaire Kristina Mladenovic de quitter sa chambre pour raisons sanitaires.

"Je suis à la maison. Je suis assise dans ma cuisine et je pleure... Je commence juste à réaliser ce qu'il s'est passé et je ne comprends pas. C'est terriblement injuste, je ne vois aucune raison raisonnable pour que ça ait tourné ainsi", écrit-elle sur les réseaux sociaux.

Associée à Mladenovic, Babos a remporté l'Open d'Australie en 2018 et Roland-Garros en 2019.

A la suite du test positif au coronavirus de Benoît Paire, 7 joueurs et joueuses dont Mladenovic, ont été soumis à un protocole renforcé prévoyant notamment l'isolement quasi-total et qui devait leur permettre de jouer l'US Open tant qu'ils restaient négatifs.