Des incendies d'une ampleur historique continuaient de ravager jeudi la côte ouest des Etats-Unis, où ils ont causé la mort d'au moins sept personnes dont un nourrisson et détruit des centaines d'habitations, forçant des milliers d'habitants à fuir les flammes.

Les feux s'étendent de l'Etat de Washington au nord, frontalier du Canada, jusqu'à San Diego, dans le sud de la Californie, alimentés par la sécheresse et des vents violents.

Ils ont fait au moins sept morts, mais les autorités craignent un bilan beaucoup plus lourd. Trois personnes sont mortes dans le comté de Butte, en Californie, trois dans l'Oregon et un bébé d'un an retrouvé par des équipes de secours auprès de ses parents gravement brûlés, dans l'Etat de Washington.

Les habitants d'Estacada, une petite ville rurale de l'Oregon à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Portland, ont reçu l'ordre d'évacuer mercredi à midi.

Jason Valean, 29 ans, a quitté sa maison avec ses deux gros chiens et attend de retrouver sa mère, repartie chez elle pour ouvrir l'enclos de ses cochons, qui auront ainsi une chance d'échapper aux flammes.

"Tout l'autre versant est en feu", dit-il à l'AFP en montrant la fumée orangée qui monte depuis la montagne.

L'Oregon fait face à des incendies "sans précédent dans l'histoire" de l'Etat, selon sa gouverneure, Kate Brown, qui s'attendait mercredi "à de nombreuses pertes, en termes de bâtiments et de vies humaines".

Plus au sud, près de Fresno en Californie, d'autres habitants ont aussi dû fuir en quelques minutes.

"Je ne pensais pas qu'on allait être évacués, ça s'est fait à la dernière minute", a expliqué à l'AFP Leanna Mikesler, une habitante du village de Meadow Lake menacé par l'incendie baptisé Creek Fire.

"On a dû faire nos bagages, faire le possible et aider nos voisins", a-t-elle ajouté devant un centre d'hébergement d'urgence.

Le feu a brûlé 67.500 hectares, semant la désolation sur son passage: carcasses de voiture, maisons dont il ne reste que la cheminée de brique...

Environ 360 bâtiments ont été détruits, selon les pompiers qui ont déployé près de mille hommes pour combattre les flammes dans la forêt nationale de Sierra, étouffant les foyers avec de l'eau ou de la terre.

Face au feu, plusieurs milliers de personnes ont été évacuée, des opérations rendues encore plus difficiles par l'épidémie de coronavirus.

- Ne pas abandonner -

A Fresno, la Croix Rouge a réquisitionné des centaines de chambres d'hôtels pour isoler les évacués et empêcher la propagation du Covid-19.

"Nous avons placé (à l'abri) plus de 600 personnes mardi soir et le soir précédent", a expliqué à l'AFP Cindy Huge, une porte-parole de l'organisation.

Les évacués reçoivent trois repas par jour et de l'eau, a-t-elle ajouté. Conserver la distanciation physique est un défi permanent.

Leanna Mikesler, elle, trouve la situation "difficile".

"Mais on ne pas vraiment faire autrement, dit-elle. Avec vos animaux et du monde autour de vous, c'est très difficile d'éviter les contacts".

Plus de 200.000 hectares sont partis en fumée dans l'Etat de Washington, selon le gouverneur Jay Inslee, qui a dénoncé jeudi les conséquences catastrophiques du changement climatique.

"Nous n'abandonnerons pas l'avenir de cet Etat face au changement climatique'", a-t-il affirmé sur Twitter. "Je penserai à ces incendies et leurs impacts sur nos populations quand nous prendrons nos prochaines décisions pour battre le changement climatique", a-t-il ajouté.

En Californie, plus d'une vingtaine d'incendies font rage et le feu a consumé cette année plus de 10.000 km2 dans l'Etat, un record depuis que ces données sont relevées en 1987.

Près de Los Angeles, l'incendie "Bobcat Fire", toujours hors de contrôle, a dévasté plus de 8.000 hectares, selon les pompiers.

Des ordres d'évacuation ont également été émis près de San Diego, où plus de 7.000 hectares ont brûlé en quatre jours dans le Valley Fire, selon les autorités locales.