Deux Bleus sur le podium. Transfiguré par son titre mondial, Mathieu Faivre a remporté la deuxième victoire de sa carrière en Coupe du monde sur le géant de Bansko (Bulagrie) dimanche, où Alexis Pinturault s'est montré solide (3e).

Principal rival du Français pour le classement général et le classement de la spécialité, le Suisse Marco Odermatt a pris la deuxième place à 75/100 de Faivre et 6/100 devant Pinturault.

Deux podiums en 28 courses entre décembre 2018 et janvier 2021, puis quatre en quatre courses depuis deux semaines. Quelle baguette magique a bien pu transformer Mathieu Faivre?

Sacré double champion du monde à Cortina d'Ampezzo (Italie) la semaine dernière (parallèle et géant), le Niçois de 29 ans, de plus en plus impressionnant, a signé une deuxième place samedi puis une victoire dimanche à Bansko (Bulgarie).

C'est seulement son 2e succès en Coupe du monde après Val-d'Isère en décembre 2016.

N.2 mondial de la discipline il y a quatre ans, Faivre a retrouvé en quelques semaines en janvier et février à l'entraînement, et à l'aide de réglages sur son matériel, son meilleur niveau après un début de saison très moyen (un seul top 10).

Meilleur temps de la première manche, comme la veille, il n'a jamais tremblé sur le 2e tracé sur une neige rendue difficile par les températures élevées (environ 10 degrés).

"Ça confirme mon état de forme et que je me sens très bien sur mes skis. Ça confirme le bon état d'esprit en ce moment, je suis hyper content de ma journée aujourd'hui. Quatre podiums en quatre courses si on m'avait dit ça en début de saison je n'y aurai pas cru", a-t-il indiqué.

- "Mes chances sont plutôt bonnes" -

Après avoir perdu son bâton la veille (4e), Alexis Pinturault n'a pas commis de grosse faute dimanche, restant solide mais moins flamboyant que son compatriote.

Il a validé un 7e podium cet hiver mais 6 centièmes lui ont manqué pour devancer Marco Odermatt et rendre son dimanche presque parfait.

A la place, c'est le Suisse, 5e samedi, qui lui a repris 20 points à la fois au classement général et au classement de la spécialité où il chasse Pinturault.

"C'était un weekend difficile, j'ai eu peu de temps de récupération après le slalom des Mondiaux dimanche dernier. J'espérais avoir une meilleure forme, ça m'a fait faire des petites fautes, j'étais moins précis. Le général, je m'attendais à ce que ce soit serré jusqu'au bout, le classement s'est stabilisé. Au général mes chances sont plutôt bonnes mais j'aimerais rester aussi à la bagarre pour le globe de géant", a-t-il déclaré.

- Favrot 4e -

A neuf courses de la fin de saison, Pinturault mène le général 210 points devant Odermatt (la victoire vaut 100 points). Il reste trois descentes pour Odermatt, deux slaloms pour Pinturault, et deux super-G et géants où les deux skieurs s'affrontent directement.

Le week-end prochain, Odermatt devra briller à Saalbach (Autriche, deux descentes et un super-G) pour rester dans la course.

Pour le petit globe de géant, le Français mène de 25 points notamment grâce aux trois victoires décrochées cette saison.

Les Bleus ont par ailleurs rappelé les grandes heures de leur équipe de géant en plaçant trois skieurs parmi les quatre premiers grâce à la 4e place de Thibaut Favrot.

Déjà auteur de son meilleur résultat samedi (7e), Favrot s'est encore amélioré et se place petit à petit dans le haut de la hiérarchie mondiale à 26 ans.

Vainqueur la veille, le Croate Filip Zubcic a commis une grosse erreur fatale en première manche, ne terminant finalement que 14e pour réaliser une très mauvaise opération au classement de la discipline (désormais 3e à 64 points).