La sécurité a été renforcée dimanche autour des églises du Sri Lanka à l'occasion des des offices de Pâques, deux ans après les attentats-suicides jihadistes qui avaient fait 279 morts en avril 2019, a indiqué un porte-parole de la police.

Plus de 12.500 policiers armés appuyés par l'armée ont été déployés dimanche à proximité de près de 2.000 églises sri-lankaises.

"Nous avons également obtenu l'aide des forces armées pour patrouiller et renforcer les services de police à travers tout le pays", a déclaré le porte-parole de la police, l'inspecteur général adjoint Ajith Rohana.

Des attentats-suicides avait frappé trois églises et trois hôtels de luxe sri-lankais le dimanche de Pâques en avril 2019. Au moins 279 personnes avaient été tuées dans ces attaques et quelque 500 blessées.

Dimanche, la police vérifiait l'identité et le contenu des sacs des fidèles avant de les autoriser à assister à la messe au sein de l'église Saint Sébastien, dans le nord de la capitale Colombo, où 115 personnes avaient été tuées en 2019 lors des attentats de Pâques.

Plus de 200 personnes en lien avec ces attaques, attribuées à une organisation jihadiste locale, ont été arrêtées mais personne n'a encore été poursuivi.

L'Église catholique romaine fait pression sur le gouvernement afin que les responsables de ces attentats ainsi que les personnes qui n'ont pas su les empêcher soient poursuivis.

Dimanche, des affiches appelant à la justice ont été placardées à l'extérieur de l'église Saint-Sébastien qui était bondée de fidèles.

Le chef de l'Eglise catholique du Sri Lanka, le cardinal Malcolm Ranjith a récemment donné jusqu'au 21 avril au gouvernement pour que l'enquête avance sous peine d'appeler à des manifestations à travers tout le pays.