Les présidents russe Vladimir Poutine et turc Recep Tayyip Erdogan se sont entretenus vendredi pour tenter de maîtriser l'escalade brutale dans le Nord-Ouest de la Syrie, après la mort de plus de trente soldats turcs dans des frappes du régime de Damas, protégé de Moscou.

Après avoir essuyé ses plus lourdes pertes en une seule attaque depuis le début de son intervention en Syrie en 2016, Ankara a réclamé le soutien de la communauté internationale, brandissant la menace d'un nouvel afflux de migrants vers l'Europe.

Dans une gare routière à Istanbul, des dizaines de personnes, notamment afghanes, s'entassaient dans des bus et taxis à destination de la frontière grecque, où l'on pouvait voir des migrants marcher en file indienne au bord des routes, selon l'AFP.

Jeudi, au moins 33 militaires sont morts dans des frappes aériennes attribuées par Ankara au régime syrien dans la région d'Idleb (Nord-Ouest de la Syrie). Ankara a riposté, tuant 20 combattants syriens, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Cette poussée de fièvre risque d'aggraver la situation humanitaire déjà critique à Idleb, où près d'un million de personnes ont été déplacées ces derniers mois par l'offensive qu'y mène depuis décembre le régime de Damas.

Face à cette situation volatile, les Nations Unies ont appelé à un cessez-le-feu immédiat et l'Union européenne s'est inquiétée d'un "risque de confrontation militaire internationale majeure" en Syrie.

Le Conseil de sécurité de l'ONU devait en outre tenir vendredi une réunion d'urgence sur les derniers développements en Syrie.

- Poutine et Erdogan "inquiets" -

Vendredi matin, MM. Erdogan et Poutine ont eu un entretien téléphonique au cours duquel ils ont exprimé leur "sérieuse inquiétude" de la situation à Idleb et décidé d'étudier la "possibilité de tenir prochainement un sommet", selon le Kremlin.

Les affrontements entre forces turques et syriennes ont creusé un fossé entre Ankara et Moscou, qui ont renforcé leur coopération depuis 2016 dans plusieurs domaines, comme la Syrie, la défense et l'énergie.

Vendredi, le ministère russe de la Défense a affirmé que les soldats turcs tués jeudi avaient été touchés car ils se trouvaient parmi des "unités combattantes de groupes terroristes", une version fermement démentie par Ankara.

Se voulant plus apaisant, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a présenté ses "condoléances" et affirmé que Moscou faisait "tout pour assurer la sécurité des soldats turcs" déployés en Syrie.

Par ailleurs, de nouvelles discussions entre responsables turcs et russes sur Idleb se sont tenues à Ankara vendredi.

L'Otan, dont fait partie Ankara, a tenu vendredi une réunion d'urgence à la demande de la Turquie, mais ses membres se sont contentés d'exprimer leur solidarité, sans prendre d'engagement concret.

Ankara a réclamé la mise en place une zone d'exclusion aérienne à Idleb pour clouer au sol les avions du régime syrien et de Moscou, une requête qui a peu de chance d'aboutir.

- Frontières bouclées -

Dans une apparente tentative de faire pression sur l'Union européenne pour obtenir davantage de soutien, Ankara a annoncé qu'il ne stopperait plus les migrants qui cherchent à se rendre en Europe depuis la Turquie, réveillant le spectre de la grave crise migratoire qui a secoué le continent européen en 2015.

Des images prises par des drones montraient des dizaines de migrants coupant à travers champs avec des sacs sur le dos ou la tête, ou encore d'autres personnes se frayant un chemin à travers un bois, en direction de la frontière grecque.

"Je vais partir en Allemagne", déclare à l'AFP Sebghatullah Amani, un migrant afghan de 20 ans, avant de prendre le bus à Istanbul pour la frontière grecque. "Tous mes amis sont ici, nous ferons le voyage ensemble", ajoute-t-il.

Si aucune hausse spectaculaire du nombre de passages n'était visible vendredi, la Grèce et la Bulgarie, voisines de la Turquie, ont bouclé leurs frontières.

Vendredi, les gardes-frontières grecs ont empêché des centaines de migrants de traverser le poste frontalier de Kastanies. Des centaines de personnes étaient bloquées dans la zone tampon entre la Grèce et la Turquie, a constaté l'AFP.

Quelques dizaines de migrants ont débarqué à Lesbos après avoir fait la traversée depuis la Turquie en canot, selon l'AFP.

- Silence d'Erdogan -

La Turquie accueille sur son sol quelque quatre millions de migrants et réfugiés, syriens pour la plupart, et redoute un nouvel afflux depuis Idleb, où plus de 900.000 personnes se sont réfugiées près de la frontière turque depuis trois mois, selon l'ONU.

M. Erdogan, qui ne s'est pas exprimé publiquement depuis l'attaque, avait convoqué dans la nuit de jeudi à vendredi un conseil de sécurité extraordinaire à Ankara après les frappes aériennes.

Selon les médias, il devait s'entretenir dans les prochaines heures avec plusieurs dirigeants occidentaux, dont le président américain Donald Trump.

Les tensions n'ont cessé de croître ces dernières semaines à Idleb, avec plusieurs affrontements entre les forces turques et syriennes qui ont fait au total 53 morts dans les rangs des forces d'Ankara en février.

Sur le terrain, le régime syrien et son allié russe ont mis les bouchées doubles ces dernières semaines et conquis plusieurs localités à Idleb, même si des groupes rebelles soutenus par Ankara ont repris jeudi la ville stratégique de Saraqeb.

Déclenchée en mars 2011 par la répression de manifestations pacifiques, la guerre en Syrie a fait plus de 380.000 morts.