A l'inverse de Rafael Nadal, tenant du titre, le N.1 mondial Novak Djokovic a décidé de disputer l'US Open, deuxième tournoi du Grand Chelem d'une saison de tennis complètement chamboulée par la pandémie de Covid-19, et qui doit redémarrer dans dix jours.

C'est par un communiqué de quelques paragraphes, publié jeudi à la mi-journée sur les réseaux sociaux, que Novak Djokovic a confirmé sa présence à New York à partir de samedi: d'abord pour le Masters 1000 de Cincinnati, délocalisé dans la bulle new-yorkaise (22-28 août), puis pour l'US Open (31 août-13 septembre).

Une annonce qui vient mettre un peu de baume au cœur des organisateurs, qui seront privés,pour la première fois depuis 1999, de Roger Federer, blessé et qui a d'ores et déjà mis un terme à sa saison, et de Nadal.

Car à dix jours d'intervalle, le Serbe aux 17 titres du Grand Chelem, dont trois sur les courts de Flushing Meadows (2011, 2015, 2018), a pris jeudi le contre-pied de l'Espagnol.

Nadal avait annoncé renoncer à l'US Open, en raison de la situation sanitaire et de la "folie" du calendrier, qui prévoit un enchaînement de deux Grands Chelems (US Open et Roland-Garros) précédés de deux Masters 1000 (Cincinnati et Rome), en l'espace de sept semaines. Le tout après plus de quatre mois sans jouer.

Si "Nole" reconnait des "obstacles" et des "défis" face à la situation sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, et que sa décision n'a pas été facile à prendre, il affirme pourtant être "enthousiaste" à la perspective de retrouver à nouveau la compétition.

- Circuit arrêté depuis mars -

"Je me suis entraîné dur avec mon équipe et je suis en forme. Je suis donc prêt à m'adapter aux nouvelles conditions", a expliqué "Djoko" dans son communiqué.

L'US Open se jouera à huis clos, avec un protocole sanitaire strict, qui prévoit notamment des tests pour le Covid-19 pour les participants, avant leur départ pour New York, à leur arrivée et tout au long de leur séjour, à raison d'une à deux fois par semaine.

Le Serbe de 33 ans avait contracté fin juin le Covid-19 en marge de l'Adria Tour, un tournoi caritatif dans les Balkans qu'il avait organisé et qui avait créé la polémique, avec une absence totale de gestes barrières: stade comble, quasiment pas de masque de protection, accolades entre joueurs et joueuses, soirée en boîte de nuit torse nu,...

De nombreux participants avaient, à l'instar de Djokovic, été testés positifs au nouveau coronavirus, dont le Bulgare Grigor Dimitrov, le Croate Borna Coric et le Serbe Victor Troicki.

"J'ai réalisé toutes les vérifications pour être sûr que j'ai totalement récupéré et je suis prêt pour remonter sur le court pour y jouer mon meilleur tennis", a assuré Djokovic.

Les derniers tournois ATP en date remontent au 29 février à Dubai -remporté par Djokovic- et Acapulco, gagné par Nadal, et au 1er mars à Santiago (Chili). Depuis, en raison de la pandémie de Covid-19, rideau!

D'annulations (la plus emblématique, celle de Wimbledon) en reports (notamment Roland-Garros de fin mai à fin septembre), le circuit est à l'arrêt depuis plus de six mois, si l'on met de côté les quelques exhibitions organisées ici et là.

Il doit reprendre à New York dans un peu plus d'une semaine avec le Masters 1000 de Cincinnati, après l'annulation du tournoi de Washington.

Les tableaux masculins et féminins de l'US Open ont connu une véritable hécatombe ces derniers jours face au risque sanitaire: outre Nadal, Stan Wawrinka, Nick Kyrgios chez les messieurs, Ashleigh Barty (N.1 mondiale), Elina Svitolina (N.5), Kiki Bertens (N.7) ont renoncé.