La Rochelle, Toulouse, le Racing: ce trio d'échappés en tête du Top 14, qui se tient en deux points, a conforté son avance sur la concurrence dimanche lors de la 12e journée, marquée par le réveil de Pau et la chute de Lyon.

. La Rochelle solide dans la tempête

Le Stade Rochelais peut-il remporter son premier titre de champion de France le 25 juin? A six mois de la finale, cette question peut sembler vaine tant la saison est longue et indécise mais le leader, installé depuis cinq journées désormais, est armé pour aller loin.

Avec un arrière, Brice Dulin, au même niveau que ces dernières semaines, et un patron du pack, Kevin Gourdon, au relais de Victor Vito, blessé, et de Will Skelton, exclu pour un plaquage à l'épaule, l'équipe du tandem Jono Gibbes - Ronan O'Gara a battu Montpellier (22-9) sans trembler. Une victoire acquise malgré des conditions dantesques - vent et pluie - et une heure passée en infériorité numérique.

Qui plus est sans Skelton, devenu indispensable par son gros volume de jeu. Invaincu à domicile - 18e succès d'affilée à Marcel-Deflandre -, le Stade Rochelais dégage une force collective certaine et fait figure de sérieux rival pour les bulldozers que sont Toulouse et le Racing.

Sans être étincelants, les Toulousains ont découragé Bordeaux-Bègles (45-23) grâce à un nouvel exploit individuel d'Antoine Dupont et arraché le bonus offensif à la sirène. De quoi susciter l'ire du manager bordelais Christophe Urios qui ne s'est pas présenté en conférence de presse...

. Barrages: tout bonus pour Toulon

Le Racing a mis une période pour prendre le dessus sur Agen (24-10 à la mi-temps), avant de dérouler (45-10). Avec respectivement deux et une unités de moins que La Rochelle et Toulouse, et un match en moins, le club des Hauts-de-Seine reste en embuscade.

Et si ce trio de tête sort conforté du Boxing Day, c'est que derrière, seul Toulon (4e) a suivi. Grâce à un triplé de l'ailier Gabin Villière, en grande forme dans la foulée de ses débuts internationaux, le RCT a fait le plein de points (27-9) contre Clermont, qui avait laissé nombre de ses cadres au repos.

Succès bonifié et défaite de ses concurrents dans la course aux barrages, Lyon (5e), le Stade Français (6e), Clermont (7e) et l'UBB (8e): Toulon a connu une journée parfaite.

Le LOU est tombé à Brive (12-8) après sept matches sans défaite et a perdu deux joueurs importants sur blessure, Mathieu Bastareaud et Jonathan Wisniewski. Le Stade Français a laissé échapper un succès qui lui tendait les bras à Pau (29-27), son troisième match perdu dans les dernières minutes après ceux face au Racing et à Lyon.

. Maintien: Brive et Pau respirent

Vainqueur sur le fil, la Section Paloise respire après six défaites d'affilée qui ont scellé le sort des entraîneurs Nicolas Godignon et Frédéric Manca. Leurs ex-adjoints Paul Tito, Thomas Domingo et Geoffrey Lanne-Petit, promus pour la fin de la saison, démarrent bien leur mission sauvetage.

Les Palois remontent à la 10e place, juste derrière Brive (9e) qui enchaîne un second succès dans la semaine après celui arraché à Castres (25-24) mardi.

Le CO (13e), dont le match face à Bayonne a été reporté pour des cas de Covid-19 côté basque, et Montpellier (12e), qui n'a gagné que trois rencontres depuis le début de l'exercice, font grise mine. A quasiment mi-saison, ils restent englués en fond de classement, luttant pour éviter l'avant-dernière place synonyme de périlleux barrage chez le finaliste de Pro D2.

Et heureusement pour eux, la lanterne rouge Agen n'a toujours pas gagné.