Trump affiche son entente avec Kim Jong Un, qui tire deux nouveaux "projectiles"

Publié le à Washington (AFP)

La Corée du Nord a tiré samedi "deux projectiles non identifiés", selon la Corée du Sud, soit la cinquième série de tirs en moins de deux semaines par le régime reclus, survenue peu après que Trump eut de nouveau affiché son entente avec Kim Jong Un.

Ces nouveaux "projectiles" ont été lancés depuis les environs de la ville de Hamhung, dans le nord-est de la Corée du Nord, en direction de la mer du Japon, a indiqué l'agence sud-coréenne Yonhap.

"L'armée surveille la situation pour le cas où d'autres lancements auraient lieu et se tient prête", a fait savoir l'état-major sud-coréen cité par l'agence.

Ces nouveaux tirs ont eu lieu quelques heures seulement après que le président américain Donald Trump eut affirmé avoir reçu une "superbe lettre de trois pages" du dirigeant nord-coréen.

Comme souvent quand leurs relations traversent un trou d'air, c'est sur ces lettres que le président des Etats-Unis s'est appuyé pour démontrer que tout allait bien.

Dans ce courrier "très positif" reçu jeudi, le numéro un de la Corée du Nord explique les raisons des précédents tirs de missiles de courte portée, publiquement présentés comme un "avertissement" contre les exercices militaires conjoints menés par les Etats-Unis et la Corée du Sud.

Ces exercices ont été lancés par Washington et Séoul lundi, pour un peu plus de deux semaines, en dépit des mises en garde de Pyongyang. La Corée du Nord les considère comme une préparation à une éventuelle invasion de son territoire, et comme un obstacle à la reprise annoncée des discussions avec les Etats-Unis sur la dénucléarisation.

Kim Jong Un "n'était pas content au sujet des manoeuvres militaires", a rapporté Donald Trump, avant de s'aligner sur la position du leader nord-coréen. "Je ne les ai jamais aimées non plus. Et vous savez pourquoi? Je n'aime pas payer" pour ces exercices, a-t-il ajouté.

Le président américain a déjà critiqué par le passé ces manoeuvres, qu'il juge trop coûteuses et "très provocatrices" -- reprenant à son compte la rhétorique nord-coréenne. Il avait d'ailleurs annulé les exercices de l'été dernier et l'ampleur de ceux de cette année a été revue à la baisse.

- "Enorme erreur" -

En se montrant au diapason avec le dirigeant d'un pays ennemi, Donald Trump a ainsi taclé ses alliés sud-coréens, avec en outre cette mise en garde agacée au sujet de la dispute actuelle entre Corée du Sud et Japon: "Ils doivent se réconcilier car cela nous met en position très délicate".

Le milliardaire républicain a aussi dit penser, sans plus de précisions, qu'il rencontrerait une quatrième fois Kim Jong Un, avec lequel il échangeait insultes et menaces atomiques avant leur premier sommet, historique, de juin 2018 à Singapour.

"Kim se joue de lui magistralement", a commenté sur Twitter Vipin Narang, professeur au Massachusetts Institute of Technology.

De fait, Donald Trump a minimisé à plusieurs reprises ces tirs de missiles, estimant qu'ils étaient très "communs" et sans lien avec le programme nucléaire. Et son secrétaire d'Etat Mike Pompeo a assuré qu'ils n'entravaient pas une reprise des négociations.

L'administration Trump a énormément misé sur la détente avec Pyongyang, présentée comme l'un de ses principaux succès en politique étrangère. Acter son échec serait très mauvais à quinze mois de la présidentielle de 2020, à l'occasion de laquelle le milliardaire républicain briguera un second mandat.

Les tirs de missiles sont pourtant qualifiés de "provocations" par un haut responsable de la diplomatie américaine, qui s'indigne aussi de la promesse non tenue de Kim Jong Un au sujet de la relance des pourparlers, dans l'impasse depuis l'échec du sommet de Hanoï en février.

Le dirigeant nord-coréen s'était engagé fin juin, lors d'une rencontre avec Donald Trump dans la zone démilitarisée entre les deux Corées, à ce que ces discussions reprennent dans les "deux à trois semaines" suivantes.

"Ces provocations, conjuguées au non respect de leur engagement à reprendre la voie de la diplomatie", "sont une énorme erreur", a estimé récemment ce haut responsable auprès de quelques journalistes qui accompagnaient Mike Pompeo à Bangkok, dont celui de l'AFP. "Ils doivent cesser les provocations" et "aboutir à une dénucléarisation complète", a-t-il martelé.

Or, en Thaïlande, où le chef de la diplomatie américaine et son émissaire pour la Corée du Nord Stephen Biegun espéraient rencontrer des représentants nord-coréens, ces derniers ont fait la politique de la chaise vide. Aucune date n'a été fixée pour de prochaines discussions.

Dans ce contexte incertain, des médias américains rapportent que Stephen Biegun pourrait quitter son rôle de négociateur pour être nommé ambassadeur à Moscou -- une information non confirmée de source officielle.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.