La chancelière allemande Angela Merkel n'a pas écarté dimanche le risque d'un échec dans les négociations sur un plan de relance post-coronavirus massif, au troisième jour d'un sommet européen tendu à Bruxelles, où les 27 apparaissent profondément divisés.

"Il y a beaucoup de bonne volonté (...) mais il est aussi possible qu'aucun résultat ne soit obtenu aujourd'hui", a déclaré Mme Merkel à son arrivée au sommet pour une journée qu'elle a qualifiée de "décisive".

"Je ne peux toujours pas dire si une solution sera trouvée", a insisté Mme Merkel, dont le pays assure la présidence tournante de l'Union.

Le président français Emmanuel Macron, qui défend ce plan aux côtés de l'Allemande, a lui prévenu que les "compromis" ne pouvaient pas se faire "au prix de l'ambition européenne".

Malgré des "dissensions", un accord est encore "possible", a-t-il cependant estimé.

Mme Merkel et M. Macron ont retrouvé à 09H30 (7H30 GMT) le président du Conseil européen, Charles Michel, chef d'orchestre du sommet, pour décider de la marche à suivre, après 48 heures de discussions qui n'ont pas permis de faire plier les Pays-Bas et leurs alliés "frugaux" (Danemark, Suède et Autriche, ainsi que la Finlande), très réservés sur ce projet.

- "Ultimatum" -

Les 27 dirigeants de l'UE se retrouveront ensuite à midi (10H00 GMT) pour continuer à discuter de ce plan de relance, rendu d'autant plus urgent que l'Europe affronte une récession historique.

Sur la table des négociations, un fonds constitué par une capacité d'emprunt de 750 milliards d'euros pour relancer l'économie européenne, adossé au budget à long terme de l'UE (2021-2027) de 1.074 milliards d'euros. L'unanimité des 27 Etats membres étant requise, un compromis est particulièrement difficile.

Après un dîner samedi, Charles Michel a réuni le président français, la chancelière allemande, les dirigeants des quatre "frugaux", auxquels s'est joint celui de la Finlande.

"Cette réunion a été très dure", ont indiqué à l'AFP deux sources européennes. Après plusieurs tentatives de compromis, Mme Merkel et M. Macron ont quitté la réunion pour un entretien dans leur hôtel avec le dirigeant italien Giuseppe Conte, selon une source diplomatique.

Ils attendaient un pas des "frugaux" en leur direction, qui n'est pas venu: devant des journalistes, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a déclaré "ne pas avoir entendu d'ultimatum".

Samedi, M. Michel avait fait une proposition révisée pour tenter de lever les réserves sur le plan de relance. Il devrait en faire une nouvelle dimanche.

Une des options sur la table est de modifier la répartition entre prêts et subventions en augmentant la part des premiers à 300 milliards (contre 250 dans la proposition initiale) sans réduire la part des subventions directement destinées aux Etats pour soutenir leurs plans de relance.

Les "frugaux" préfèrent nettement les prêts aux subventions. Mais Paris et Berlin refusent des subventions inférieures à 400 milliards.

- Droit de veto -

Charles Michel a par ailleurs proposé un mécanisme permettant à un pays qui aurait des réserves sur le plan des réformes présenté par un autre Etat pour obtenir ces aides, d'ouvrir un débat à 27, soit devant le Conseil européen (c'est-à-dire les dirigeants), soit devant les ministres des Finances de l'UE.

Une réponse au souhait de M. Rutte de voir ces plans nationaux validés par les 27 à l'unanimité, ce qui offrirait de facto un veto à n'importe quelle capitale.

Les pays "frugaux" reprochent en effet à leurs voisins du Sud un laxisme budgétaire et le manque de compétitivité de leur économie.

Mais ces demandes pressantes de réformes inquiètent Rome et Madrid, qui craignent d'être soumis à un programme de réformes (marché du travail, retraites...) imposé, comme la Grèce dans le passé.

Autre coup de pouce de Charles Michel pour vaincre les résistances: accroître certains "rabais" accordés aux pays qui versent davantage d'argent au budget de l'UE qu'ils n'en reçoivent.

Ce serait le cas pour Vienne, Copenhague et Stockholm, mais pas La Haye ni Berlin dont les rabais restent inchangés.

Outre ces sujets délicats, d'autres promettent de peser sur les discussions, en particulier la question de lier le versement des aides européennes au respect de l'Etat de droit, qui hérisse Budapest et Varsovie.