L'Iran a protesté vendredi auprès de l'ONU et de l'aviation civile internationale contre la "violation flagrante du droit international", après qu'un avion de ligne iranien a été approché dangereusement au-dessus de la Syrie par des avions de combat américains.

L'incident survenu jeudi est un nouvel épisode des fortes tensions entre les Etats-Unis et l'Iran, pays ennemis, qui ont connu un nouveau pic après le retrait unilatéral en 2018 de l'administration de Donald Trump de l'accord international sur le nucléaire iranien et le rétablissement de sanctions américaines contre Téhéran.

Le Centre de commandement américain, qui supervise les opérations américaines au Moyen-Orient, a confirmé qu'un de ses F-15 en "mission aérienne de routine" avait approché l'avion iranien au-dessus de la Syrie, où les Etats-Unis maintiennent des troupes.

Dans la nuit, la télévision publique iranienne a diffusé une vidéo de passagers en panique qui hurlent alors que l'avion de ligne de la compagnie Mahan Air effectuant la liaison Beyrouth-Téhéran semble tenter d'échapper à un avion de combat.

"Le pilote de l'avion commercial a réduit rapidement l'altitude pour éviter d'entrer en collision avec le chasseur et plusieurs passagers ont été blessés", selon la télévision. Sur les images, on voit des passagers blessés, l'un a le front couvert de sang et l'autre parterre visage crispé. Un seul avion de chasse est visible volant à proximité.

Selon l'agence de presse officielle iranienne Irna, les pilotes des avions de chasse "se sont présentés comme américains" lors d'une conversation avec l'équipage de l'avion de Mahan Air qui se rendait de Téhéran à Beyrouth.

Dans un premier temps, l'Iran avait accusé Israël, un autre pays ennemi, d'avoir tenté d'intercepter l'avion iranien qui a finalement atterri sans problème à Beyrouth, mais les autorités de Téhéran ont ensuite pointé du doigt les Etats-Unis.

- Enquête -

Des messages de protestation ont été adressés à l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) et à l'ambassade de Suisse à Téhéran, qui représente les intérêts des Etats-Unis en Iran en l'absence de relations diplomatiques entre les deux pays, a indiqué le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes.

"Si quelque chose arrive à l'avion sur le chemin du retour, l'Iran tiendra les Etats-Unis pour responsables", a averti le porte-parole, Abbas Moussavi, cité par le site de l'agence Irna.

L'Organisation de l'aviation civile iranienne a quant à elle publié un communiqué pour protester contre "l'action des avions de combat américains", la considérant comme "une violation flagrante du droit international" et a exigé une enquête d'urgence auprès de l'OACI.

Selon Irna, le représentant de l'Iran à l'ONU écrira bientôt une lettre "au Conseil de sécurité et au secrétaire général de l'ONU" pour dénoncer "la menace posée à l'avion de passagers de Mahan Air".

- "Normes internationales" -

Le Centre de commandement américain a expliqué dans un communiqué qu'un F-15 américain en "mission aérienne de routine" avait approché l'avion iranien.

"L'inspection visuelle" s'est faite à 1.000 mètres de distance et a été menée "conformément aux normes internationales", selon le communiqué. "Une fois que le pilote du F-15 a identifié l'avion comme un avion de passagers de Mahan Air, il s'est éloigné de l'appareil en toute sécurité".

Au Liban, une source de sécurité libanaise a indiqué que l'avion iranien avait atterri à l'aéroport de Beyrouth. "Il y a eu quatre blessés légers parmi les passagers".

En Syrie voisine, pays en proie à la guerre, les médias officiels ont affirmé que des avions vraisemblablement de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, avaient approché l'avion iranien.