Une des étoiles montantes du parti démocrate américain, Alexandria Ocasio-Cortez a vertement recadré jeudi, dans un discours enflammé au Congrès, un élu républicain accusé de lui avoir lancé une insulte sexiste.

L'élu de la Chambre des représentants Ted Yoho s'était "excusé" la veille, lui aussi dans l'hémicycle, pour le ton "abrupt" adopté lors d'un bref échange lundi avec sa consoeur démocrate.

Mais il avait de nouveau nié avoir proféré "putain de salope", comme rapporté par un journaliste du site d'informations politique The Hill, témoin de la scène. "Etant marié depuis 45 ans et père de deux filles, je suis très conscient de mes mots", avait-il assuré.

Ces dénégations lui ont valu une volée de bois vert de la part de l'intéressée. "Avoir une fille ne rend pas un homme convenable. Avoir une femme ne rend pas un homme convenable. Traiter les gens avec dignité et respect est ce qui rend un homme convenable", a lancé "AOC" devant leurs collègues.

La benjamine du Congrès, 30 ans, figure de l'aile gauche du parti démocrate, a ensuite souligné qu'elle aussi "était la fille de quelqu'un". "Heureusement mon père n'est plus là pour voir comment M. Yoho traite sa fille", a-t-elle ajouté avec une colère à peine contenue.

"Je ne laisserai pas le Congrès accepter ces excuses comme légitimes", a-t-elle encore tancé.

Lundi, M. Yoho avait abordé sa consoeur sur les marches du Congrès pour lui reprocher des propos liant la hausse de la criminalité à New York à la pauvreté accrue par la pandémie.

Il l'avait accusée d'être "complètement folle" et "écoeurante". Celle-ci ayant continué son chemin, il l'avait insultée avec le terme anglais "fucking bitch", selon le journaliste témoin de la scène.

L'élu républicain se parlait à lui-même et a juste dit "bullshit", c'est-à-dire "connerie", avait ensuite assuré son porte-parole.

Ces dénégations n'ont pas convaincu et le chef de la majorité démocrate à la Chambre, Steny Hoyer, avait estimé que M. Yoho devrait être sanctionné par ses pairs.