Jean Castex a dit samedi espérer dépasser l' objectif des 10 millions de personnes vaccinées contre le Covid-19 au 15 avril tout en déplorant que "les labos" fassent "quelques misères dans le respect des délais de livraison".

"On va avoir en avril un défi lourd à relever car on aura beaucoup de vaccins", a dit le Premier ministre à l'occasion d'une visite dans un centre de vaccination à Saint-Maixent-L'Ecole (Deux-Sèvres).

"On s'est fixé l'objectif de 10 millions de vaccinations au 15 avril et je ne désespère pas qu'on le dépasse. Mais il faut être prudent car les labos nous font quelques misères dans le respect de délais de livraison. Il faut s'adapter", a-t-il poursuivi, alors qu'AstraZeneca vient d'annoncer de nouveaux retards.

Jean Castex a également défendu le vaccin AstraZeneca alors que le Danemark, l'Islande et la Norvège ont suspendu par précaution son utilisation.

"Je ne me permettrais pas d'envoyer du poison à mes concitoyens", a-t-il assuré au jeune maire de Saint-Maixent Stéphane Baudry, lors de la visite de ce centre opéré par les pompiers ce samedi et où 288 doses étaient prêtes à être injectées.

Le groupe pharmaceutique britannique a défendu son vaccin vendredi, affirmant qu'il n'entraînait aucun "risque aggravé" de caillot sanguin.

En revanche, il a annoncé samedi "une baisse" des livraisons de vaccins à l'Union européenne "malgré son travail sans relâche pour accélérer l'approvisionnement".

Très critiquée pour la lenteur des livraisons de vaccins en Europe et les retards du groupe AstraZeneca, la Commission européenne, qui a négocié les contrats au nom de ses 27 Etats membres, a annoncé jeudi qu'elle étendait jusqu'à fin juin son mécanisme de contrôle des exportations de vaccins et table sur une montée en puissance des livraisons au deuxième trimestre.

La veille, Jean Castex avait admis que la situation hospitalière était "extrêmement tendue en Ile-de-France" en raison de l'augmentation du nombre de personnes en réanimation, et estimé qu'il fallait se "tenir prêt à tout moment à prendre des mesures" supplémentaires. Pour l'heure, l'exécutif a écarté le reconfinement le week-end ou complet en Ile-de-France.

Le gouvernement a déjà annoncé des transferts importants de malades du Covid-19 d'île-de-France d'où trois ont déjà été évacués vers d'autres régions, tout en continuant à accélérer la vaccination.

Samedi, M. Castex s'est aussi rendu à l'Ecole nationale des sous-officiers d'active qui forme les sous-officiers de l'armée de Terre. Le Premier ministre y a longuement échangé avec formateurs et jeunes stagiaires, vantant au final la "diversité très grande des origines sociales, professionnelles, territoriales" qu'il souhaite "développer dans l'administration civile".

Mais le chef du gouvernement retourne dans l'après-midi sur le front sanitaire, en Seine-Saint-Denis, département d'où ont été évacués les premiers patients, et où il visitera le centre de vaccination de Saint-Denis et l'Hôpital privé Ramsay Santé d'Aulnay-sous-Bois.

Vendredi, Le directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, a affirmé qu'il y avait "entre 20 et 30% de déprogrammation" des activités non urgentes pour faire de la place aux patients Covid, ajoutant: "Ca se joue au lit près".

La France a passé vendredi la barre des 90.000 morts du Covid-19 depuis son commencement il y a un an.