L'amélioration se poursuivait vendredi après-midi après l'épisode de verglas et de pluies verglaçantes qui touche depuis jeudi soir l'Ouest de la France. Mais la circulation reste difficile, à la veille d'un weekend de départ en vacances pour la région parisienne.

Si plus aucun département n'est en vigilance rouge vendredi après-midi, 27 départements restent en vigilance orange "neige-verglas et grand froid".

Sur la carte, la vigilance se partage en trois îlots. Deux pour la vigilance orange "neige-verglas": la pointe Bretagne à l'Ouest et Rhône-Alpes s'étendant à l'Allier, Creuse et Puy-de-Dôme à l'Est.

Et le Grand Est pour la vigilance orange "grand froid". Sur cette région sont attendues "des températures de l'ordre de -10 à -14 degrés, localement moins", mais "le vent de secteur nord-est sera un facteur aggravant, augmentant fortement la sensation de froid. Le ressenti dans les zones les plus froides atteindra -15 à -18 degrés", précise l'institut météorologique.

En raison de l'amélioration dans la journée de la situation météo, la préfecture de la zone de défense Ouest (Bretagne, Normandie, Pays de la Loire et Centre-Val de Loire) a autorisé les poids-lourds à circuler de nouveau sur les routes nationales vendredi midi. Ils ont ainsi pu quitter les zones où ils étaient immobilisés depuis jeudi soir pour certains.

"Entre 7h et 10h du matin demain, un nouvel épisode de pluies verglaçantes devrait toucher le Finistère, puis les Côtes-d’Armor et le Morbihan, avec une possible extension sur les départements limitrophes", prévient cependant la préfecture qui n'exclut pas "la remise en œuvre de mesures de restriction de circulation et de stockage des poids-lourds sur les principaux axes bretons (RN12, RN24, RN166 et RN164)".

- "vigilance absolue" -

"Je renouvelle mes demandes d’une vigilance absolue pour cette journée mais aussi pour la nuit prochaine, il nous faut vraiment reporter tous nos déplacements qui ne sont pas essentiels", a rappelé le préfet de la région Bretagne Emmanuel Berthier lors d'une visioconférence de presse.

Aucun incident majeur ne semblait pour l'instant à déplorer dans l'Ouest de la France, juste quelques accidents matériels avec quelques blessés légers, selon les informations recueillies par l'AFP.

En raison des interdictions de circulation, des centaines de camions avaient été immobilisées par précaution. Vendredi matin, 450 poids-lourds étaient parqués sur une zone de stockage à Sainte-Maure-de-Touraine, sur l'A10, mais aussi 600 immobilisés sur diverses aires de la Vienne et autant dans les Côtes-d'Armor.

Toujours en Bretagne, où les transports scolaires sont restés suspendus vendredi, la circulation est très difficile sur le réseau secondaire.

Quelque 1.300 foyers bretons, dont 900 dans le Finistère, étaient privés d'électricité vendredi après-midi, en raison des conditions climatiques, selon Enedis qui indique avoir mobilisé ses équipes et moyens matériels, groupes électrogènes et hélicoptères, pour localiser les incidents et rétablir la situation.

Vendredi matin, les conditions météorologiques ont entraîné quelques retards pour les trains au départ de la gare Montparnasse. Sur la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse, deux trains ont été "affectés par les givres" et retenus à Vierzon et Limoges, a précisé la SNCF.

Par ailleurs, en Rhône-Alpes, Météo-France annonce "des chutes de neige jusqu'en plaine" qui "s'intensifieront en cours d'après-midi". "D'ici vendredi minuit, on attend 5 à 10 cm de neige sur le nord de l'Auvergne et la Loire, ainsi que sur le nord de la Drôme et de l'Ardèche, l'Isère au sud de Voiron. Sur les autres départements de Rhône-Alpes, on attend 10 à 15 cm voire plus localement", précise l'institut météorologique.