L'Agence européenne du médicament (EMA) rend jeudi après-midi son verdict sur le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, suspendu par plusieurs pays de l'UE, le jour où le gouvernement français doit annoncer de nouvelles restrictions pour tenter de freiner la troisième vague, qui frappe particulièrement Paris et sa région.

L'avis de l'EMA est très attendu au moment où l'Union européenne, en pleine pénurie, compte sur des millions de doses de ce vaccin élaboré par le laboratoire suédo-britannique AstraZeneca.

Une quinzaine de pays, dont l'Allemagne, la France et l'Italie, ont suspendu par précaution l'utilisation de ce vaccin, après le signalement d'effets secondaires possibles, tels que des troubles de la coagulation et la formation de caillots.

L'EMA pourrait emboîter le pas à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui a recommandé mercredi de continuer à l'utiliser, estimant que "pour le moment, la balance risques/bénéfices penche en faveur du vaccin AstraZeneca".

La directrice de l'EMA, Emer Cook, a déjà indiqué qu'elle restait "fermement convaincue" que les bénéfices l'emportaient sur les risques.

Et si elle n'a pas exclu que l'EMA suspende le vaccin AstraZeneca dans l'UE, en cas de problème ne pouvant être résolu, elle pourrait aussi se contenter de publier un "avertissement supplémentaire", a-t-elle dit.

L'OMS a renouvelé jeudi son appel à continuer à utiliser ce vaccin AstraZeneca, sur lequel son Comité consultatif mondial de la sécurité vaccinale (GACVS) doit publier vendredi un avis.

Pendant que l'UE attend la décision de l'EMA, le Royaume-Uni a annoncé une réduction de ses approvisionnements en vaccins en avril, susceptible de ralentir sa campagne de vaccination, l'une des plus avancées au monde.

Selon les médias britanniques, le problème d'approvisionnement est dû à un retard de livraison de cinq millions de doses produites en Inde par le Serum Institute pour le laboratoire AstraZeneca.

La Commission européenne a de son côté annoncé qu'elle allait activer une procédure contractuelle pour résoudre le conflit avec AstraZeneca, dont les livraisons sont nettement inférieures aux chiffres prévus.

- "taper très dur" -

Ces déconvenues sur les vaccins interviennent alors que l'OMS a jugé jeudi "particulièrement" inquiétante la situation de l'épidémie dans les Balkans et en Europe centrale, à l'heure où le nombre de cas en Europe augmente pour la troisième semaine consécutive.

"Le nombre de personnes qui meurent du Covid-19 en Europe est plus élevé aujourd'hui qu'il ne l'était à la même époque l'année dernière", a souligné le directeur Europe de l'OMS, Hans Kluge.

La pandémie a fait au moins 2,68 millions de morts dans le monde, selon un bilan établi jeudi par l'AFP, et nombre de pays sont engagés dans une course contre la montre avec le virus.

C'est le cas de la France, où le Premier ministre Jean Castex doit annoncer en début de soirée de nouvelles restrictions pour la région parisienne et le nord du pays.

Elles pourraient consister en un confinement toute la semaine ou seulement le week-end, mais a priori sans fermetures d'écoles, alors que toute la France est déjà sous couvre-feu à partir de 18H00 (17H00 GMT).

Ces régions sont particulièrement touchées par la nette accélération de la circulation du virus que connaît la France, où plus de 38.000 contaminations ont été enregistrées en 24 heures.

"La situation est clairement critique. Ça va taper très dur jusqu'à la mi-avril", a souligné mercredi soir le président Emmanuel Macron.

- Hommage en Italie -

Reconfinée aux trois quarts depuis lundi, l'Italie commémore quant à elle jeudi les plus de 103.000 morts de l'épidémie de Covid-19, avec drapeaux en berne sur les bâtiments publics.

Le Premier ministre Mario Draghi est venu se recueillir à Bergame (nord), la ville martyr du nord du pays, restée tristement associée aux images de camions militaires transportant des cercueils en pleine nuit il y a un an.

Au cours d'une cérémonie à la mémoire des victimes, il a déposé une couronne de fleurs au cimetière et a participé à l'inauguration d'un "Bois de la mémoire" dans un parc local.

En Allemagne, pays touché par une troisième vague, le gouvernement a appelé la population à être "responsable" et à ne pas se rendre dans la très prisée île espagnole de Majorque, malgré l'affrètement de centaines de vols touristiques.

La Bulgarie, qui se targuait jusqu'à présent de mesures souples face à la pandémie, a annoncé jeudi un durcissement de ses restrictions, alors que le nombre de contaminations y augmente fortement.

Ecoles, universités, restaurants, théâtres, cinémas, centres commerciaux, casinos et salles de sport y fermeront à partir de lundi pour dix jours.

En Ukraine, le maire de Kiev, Vitali Klitchko, a annoncé le renforcement des restrictions dans la capitale à partir de samedi pour trois semaines face à la hausse des cas de Covid.

Au Chili, un reconfinement strict du tiers du pays entre en vigueur jeudi, malgré la progression rapide de la campagne de vaccination dans ce pays.

Le Pérou a, lui, annoncé la fermeture de ses commerces et la suspension du transport aérien et terrestre pendant la semaine de Pâques, dans le cadre d'un confinement national destiné à lutter contre l'épidémie.

burx-slb/lpt