Un nouveau confinement a été ordonné vendredi à Melbourne, forçant l'Open d'Australie à se dérouler à huis clos, tandis que la campagne de vaccination s'accélère aux Etats-Unis, pays le plus touché par l'épidémie de coronavirus, où les Américains peuvent désormais se faire vacciner dans des milliers de pharmacies à travers le pays.

Le Premier ministre de l'Etat de Victoria, Daniel Andrews, a annoncé que le nouveau confinement de cinq jours était nécessaire pour stopper un cluster "hyper-infectieux" de contaminations au variant anglais du coronavirus, apparu dans un des hôtels ayant servi à la quarantaine de plusieurs joueurs et participants au Grand Chelem australien.

Jusqu'à présent 13 personnes ont été infectées parmi le personnel de l'hôtel et leur famille.

La suite du tournoi qui a débuté lundi et rassemble la plupart des meilleurs joueurs du monde, se tiendra donc à huis clos au moins jusqu'à mercredi.

Une bulle sanitaire va être mise en place, et "seuls les joueurs et leurs équipes, ainsi que les membres du personnel qui ne pourront pas faire leur travail depuis chez eux, seront autorisés sur le site", selon le directeur du tournoi, Craig Tiley.

Dans un sous-continent largement débarrassé du coronavirus, l'Open d'Australie avait eu l'autorisation d'accueillir 25.000 à 30.000 spectateurs par jour, redonnant parfois au circuit mondial du tennis l'impression d'avoir renoué avec l'ambiance passionnée de l'avant-pandémie.

Aux Etats-Unis, le président Joe Biden a annoncé jeudi l'achat de 200 millions de doses supplémentaires de vaccin contre le Covid-19, qui devraient permettre au pays de posséder assez de doses d'ici fin juillet pour vacciner la grande majorité de la population.

"Nous sommes désormais en voie d'avoir suffisamment de doses pour 300 millions d'Américains d'ici la fin juillet", a déclaré le président Biden.

A ces achats massifs viennent s'ajouter la distribution jeudi de doses de vaccins à quelque 6.500 pharmacies du pays, où les Américains ont l'habitude de se faire vacciner contre la grippe.

- Débuts chaotiques -

Les premières doses seront injectées ce vendredi. Au total, environ 40.000 pharmacies feront partie du programme. Le gouvernement a également accéléré la production de vaccins, ouvert des sites de vaccination supplémentaires et lancé une campagne pour les moins privilégiés comme les sans-abri.

Après des débuts chaotiques en décembre, les Etats-Unis ont augmenté la cadence: 44,8 millions de doses ont été administrées et au moins 33,8 millions de personnes ont reçu une ou deux doses, soit environ 10% de la population.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché par la pandémie tant en nombre de morts que de cas, avec plus de 475.000 décès pour plus de 27,3 millions de cas recensés, selon le dernier comptage de l'université Johns Hopkins.

Mais depuis le pic du 8 janvier, les courbes de cas positifs, d'hospitalisations et de décès sont en baisse continue.

La situation est en revanche plus fragile en Europe, continent le plus touché par l'épidémie avec plus de 790.287 décès (pour environ 35 millions de cas), selon les chiffres officiels compilés par l'AFP.

"L'écrasante majorité des pays européens reste vulnérable", a estimé Hans Kluge, le directeur Europe de l'OMS, pour qui "à l'heure actuelle, la frontière est mince entre l'espoir" suscité par les vaccins et "un faux sentiment de sécurité".

Car la question des variants du coronavirus vient bousculer l'optimisme né de la mise au point de vaccins, et entraîne de nouvelles restrictions.

L'Allemagne, qui a prolongé jusqu'au 7 mars la plupart des restrictions en place, a décidé jeudi de fermer sa frontière avec la République tchèque et le Tyrol autrichien. Le ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer a indiqué que cette mesure prendrait effet dimanche soir, et que le Tyrol et les régions tchèques frontalières de l'Allemagne allaient être classés dans la liste des territoires très touchés par les mutations du virus.

- Variant britannique -

Cette liste comprend déjà plusieurs pays comme la Grande-Bretagne, l'Afrique du Sud, le Brésil ou le Portugal avec lesquels l'Allemagne a interdit fin janvier la plupart des voyages.

Le gouvernement tchèque a annoncé jeudi isoler trois cantons, dont deux à la frontière avec l'Allemagne en raison de la prévalence du variant britannique du coronavirus.

La Grèce a durci jeudi son confinement national, et l'Irlande étend le sien jusqu'à début avril, sans doute jusqu'à Pâques.

L'UE, qui a franchi mardi le seuil symbolique des 500.000 décès, a vu toutefois la tendance s'améliorer depuis quelques jours, avec des contaminations et des décès quotidiens en légère baisse.

Mais rares sont encore les pays enclins à relâcher la pression, au moment où les campagnes de vaccination enregistrent des retards.

La Pologne rouvre toutefois vendredi ses théâtres, hôtels et piscines, après la réouverture lundi des musées, bibliothèques, galeries d'art et centres commerciaux.

- Muscler la production -

Dans l'UE, seuls 3% de la population ont reçu au moins une dose de vaccin antiCovid, selon un comptage de l'AFP jeudi.

Dans le monde, plus de 155,7 millions de doses ont été administrées dans 91 pays ou territoires. Israël arrive largement en tête, en proportion de vaccinés par rapport à sa population (42%).

Les pays riches de la planète concentrent près de six doses injectées sur dix (59%), alors qu'ils n'hébergent que 16% de la population mondiale.

Cet "accès inéquitable aux vaccins peut se retourner contre nous", a mis une nouvelle fois en garde l'OMS jeudi: "Plus le virus persiste, plus le risque de mutations dangereuses est grand".

Les pays du G7 se réuniront vendredi en sommet virtuel pour discuter de "la situation sanitaire", de "la situation des pays à faible revenus" et de la possibilité que le Fonds monétaire international (FMI) leur vienne en aide.

burs/ob/at/jhd