Le Japon a affirmé sa volonté d'accueillir les Jeux Olympiques en 2021 "comme preuve de la victoire de l'humanité sur la pandémie" de coronavirus, qui continue de progresser et a contaminé 7 millions de personnes aux Etats-Unis.

De nouvelles mesures sanitaires ont été décidées dans plusieurs pays comme l'Espagne, la Russie, Israël ou la France, où l'imposition par Paris de dispositions particulièrement strictes suscite l'incompréhension et la colère dans la région de Marseille (sud).

Intervenant devant l'Assemblée générale virtuelle des Nations Unies dans un message vidéo pré-enregistré, le nouveau Premier ministre japonais Yoshihide Suga a proclamé vendredi la détermination du Japon à recevoir les JO à Tokyo en 2021.

"L'été de l'année prochaine, le Japon est déterminé à accueillir les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, comme preuve de la victoire de l'humanité sur la pandémie", a déclaré M. Suga.

- Avec ou sans vaccin -

Les organisateurs des JO de Tokyo et le Comité international olympique (CIO) se montrent depuis quelques semaines plus confiants sur la possibilité d'organiser l'an prochain cet événement planétaire, qu'un vaccin soit disponible d'ici là ou pas.

Pour l'heure, la pandémie continue de progresser, avec des rythmes divers selon les continents.

En Europe, 5.128.975 cas positifs ont été recensés, dont 228.459 ont été mortels. Dans le monde, le bilan de la pandémie approche un million de morts, avec 985.707 décès enregistrés depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP vendredi à 18h00 GMT.

Interrogé lors d'une conférence de presse à Genève sur la possibilité que le bilan final du Covid-19 atteigne deux millions de morts, un responsable de l'Organisation mondiale de la Santé ne l'a pas exclu.

"Si nous ne faisons pas tout ce qui est possible, le nombre dont vous parlez n'est pas seulement envisageable mais malheureusement très probable", a répondu Michael Ryan, directeur des Situations d'urgence de l'OMS.

- Légère accélération en Europe -

La pandémie s'est légèrement accélérée cette semaine, avec 295.000 nouveaux cas enregistrés par jour dans le monde, soit 3% de plus que la semaine précédente. C'est en Europe que le rythme des contaminations accélère le plus (+22% par rapport à la semaine précédente).

Aux Etats-Unis, le pays le plus lourdement touché de la planète, l'épidémie stagne, mais à un niveau élevé, et le nombre des contaminations a dépassé vendredi les 7 millions.

Plus de 203.500 personnes sont mortes du coronavirus aux Etats-Unis depuis février, selon le comptage de l'université américaine Johns Hopkins, qui fait autorité.

Toutefois, la Floride, l'un des Etats américains les plus peuplés, a levé vendredi les restrictions imposées aux bars et restaurants, ainsi que les amendes liées au Covid-19.

En Espagne, la région de Madrid s'apprête à étendre à de nouvelles zones les restrictions déjà en vigueur. A partir de lundi, 167.000 habitants supplémentaires ne pourront sortir de leur quartier que pour des raisons précises: aller travailler, se rendre chez le médecin ou emmener leurs enfants à l'école.

Au total, un peu plus d'un million de personnes, sur un total de 6,6 millions, sont maintenant soumises dans la région de Madrid à ces restrictions.

Au Royaume-Uni, près de la moitié du Pays de Galles va faire l'objet d'un confinement local. Le ministre gallois de la Santé, Vaughan Getting, a annoncé qu'à partir de 18h00 dimanche il serait interdit d'entrer dans les villes de Cardiff et de Swansea ou d'en sortir sans une raison valable, professionnelle ou scolaire par exemple. Les mêmes dispositions entreront en vigueur samedi à Llanelli.

- Colère à Marseille -

En France, 15.797 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés en 24 heures, soit quelques centaines de moins que la veille. Selon l'agence gouvernementale Santé Publique France, l'épidémie est toujours dans "une phase ascendante".

A Marseille, la deuxième ville de France, responsables politiques, entrepreneurs et commerçants sont descendus dans la rue vendredi pour protester contre la fermeture totale des bars et des restaurants décidée par le gouvernement.

Cette mesure radicale, qui concerne aussi la ville d'Aix-en-Provence, suscite la colère dans la région. Son entrée en vigueur prévue initialement pour samedi a été reportée à dimanche par le gouvernement.

La métropole de Marseille-Aix est désormais classée "zone d'alerte maximale". Onze autres agglomérations, dont Paris, ont été placées par le gouvernement en "zone d'alerte renforcée", avec entre autres mesures la fermeture des bars à 22 heures.

La mairie de Moscou, confrontée à un nouvel essor des contaminations, a demandé vendredi aux habitants âgés de la capitale russe de se confiner et a appelé les entreprises de privilégier le télétravail.

En Israël, le gouvernement a annoncé vendredi de nouvelles restrictions sur les vols internationaux.

A l'inverse, le Pérou rouvrira le 5 octobre ses frontières aériennes à un certain nombre de pays, après sept mois de fermeture.

burx-plh/roc