Les banques centrales du monde entier montent au créneau pour rassurer les marchés et tenter de surmonter le choc de la pandémie de coronavirus dont le bilan, principalement en Europe, s'aggrave de façon exponentielle, poussant les Etats à confiner leurs populations et à fermer leurs frontières.

La Réserve fédérale américaine (Fed) a brutalement abaissé ses taux d'intérêt à zéro dimanche, tout en participant à une action mondiale concertée des banques centrales pour s'assurer que le monde ne manquera pas de liquidités lundi. Et ce alors que les conséquences économiques du coronavirus s'annoncent de plus en plus catastrophiques.

La Chine a ainsi fait état lundi du premier recul de sa production industrielle en près de 30 ans et d'un effondrement des ventes de détail.

Le numéro un mondial du tourisme, l'allemand TUI, a suspendu la majeure partie de ses activités comme les voyages à forfait et les croisières.

Les villes de New York et Los Angeles ont ordonné à leur tour la fermeture de tous les bars, restaurants et boîtes de nuit, une mesure déjà en vigueur dans plusieurs pays d'Europe comme la France, l'Italie, l'Espagne ou la Belgique. A Las Vegas, le groupe MGM a fermé ses 13 hôtels et casinos.

Le Covid-19 a fait plus de 6.000 décès dans le monde, dont plus de 2.000 en Europe, devenue l'épicentre de la pandémie.

Pays le plus touché en Europe par la pandémie, l'Italie a enregistré dimanche un nombre record de 368 nouveaux décès en 24 heures, qui porte le nombre des morts à 1.809.

Point de départ de l'épidémie, la Chine reste le pays ayant enregistré le plus grand nombre de morts (3.199). Mais c'est à présent en Europe que l'épidémie progresse rapidement, avec 2.291 décès, la majeure partie en Italie et en Espagne, où le nombre de contaminations recensées a fait un bond avec 2.000 cas supplémentaires en 24 heures.

Et il y a désormais plus de décès recensés ailleurs dans le monde (3.221) qu'en Chine, qui semble avoir enrayé la propagation du virus (seulement 16 nouveaux cas lundi, dont 12 importés de l'étranger).

Au total, 6.420 personnes sont officiellement décédées de la maladie Covid-19, pour 159.844 cas recensés dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche à 17h00 GMT.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'Europe est maintenant "l'épicentre" de la maladie. L'Union européenne a instauré des limitations pour les exportations d'équipement médical de protection afin de garantir son propre approvisionnement.

Deuxième pays le plus touché d'Europe, l'Espagne a confiné sa population et décrété l'état d'alerte pour 15 jours.

- Fermetures, restrictions, annulations -

A l'arrêt depuis dimanche - restaurants, bars, discothèques, cinémas, écoles et universités sont fermés -, la France (5.000 cas, 120 morts) a néanmoins maintenu ses élections municipales. Mais la participation s'est effondrée.

L'Autriche (602 cas samedi) a interdit les rassemblements de plus de cinq personnes et limité les déplacements au strict nécessaire.

Les Pays-Bas et le Luxembourg ont également ordonné dimanche la fermeture des lieux et commerces accueillant du public et l'Irlande celle des pubs.

Aux Pays-Bas, le gouvernement a ordonné la fermeture des écoles, bars, maisons closes, et aussi celle des coffee shops, devant lesquels de longues files d'attente s'étaient formées après l'annonce, les clients voulant assurer leur approvisionnement en marijuana.

L'état d'urgence a été décrété en Serbie pour une période indéterminée, et l'armée va être mobilisée pour contribuer à la lutte contre la pandémie. Le Pérou, la Bolivie et l'Equateur ont eux aussi imposé de sévères restrictions de mouvements à leur population.

- Frontière franco-allemande fermée -

De nombreux pays cherchent à se protéger en s'isolant toujours plus, jusqu'à l'intérieur de l'Union européenne, mettant à mal le principe européen de libre circulation.

L'Allemagne et la France vont ainsi fermer partiellement leur frontière commune en n'autorisant le passage qu'aux travailleurs transfrontaliers et aux transports de marchandises. La Russie, la République tchèque, l'Argentine, la Colombie ou encore le Guatemala ont eux aussi annoncé dimanche la fermeture totale ou partielle de leurs frontières.

En Italie, les autorités de Lombardie (nord) s'inquiètent de la capacité de leur système hospitalier à absorber l'afflux de malades.

A Rome, toutes les célébrations de la Semaine Sainte se tiendront sans les fidèles, de même que les audiences générales du pape jusqu'au 12 avril.

Le souverain pontife est néanmoins sorti du Vatican dimanche pour aller prier dans une église où se trouve un crucifix réputé miraculeux qui fut porté en procession en 1522 pour mettre fin à la "Grande Peste".

- Files d'attente -

Aux Etats-Unis, les nouveaux contrôles pour les Américains rentrant d'Europe ont provoqué le chaos dans les aéroports: longues files d'attentes de plusieurs heures.

La population libanaise doit rester confinée chez elle deux semaines et l'aéroport international de Beyrouth fermera à partir de mercredi jusqu'à fin mars.

L'Iran, troisième pays le plus touché au monde, a annoncé 113 décès supplémentaires (724 morts au total, 13.938 cas). Les autorités ont demandé aux habitants d'"annuler tous leurs voyages et de rester chez eux" et ont fermé le coeur du sanctuaire chiite de Machhad.

Le Maroc a suspendu tous les vols internationaux mais des avions spéciaux ont été autorisés pour rapatrier les touristes européens bloqués.

Le Chili, à présent imité par le Pérou, a fermé ses ports aux navires de croisière, après la mise en quarantaine de deux d'entre eux avec environ 1.300 personnes à bord.

En République dominicaine, les autorités ont organisé dimanche le rapatriement de 3.200 croisiéristes bloqués à bord de leurs navires, désormais interdits d'accoster dans le pays.

Un autre navire, avec 3.700 personnes, est en quarantaine en Nouvelle-Zélande, pays qui a également interdit toute escale à des bateaux de croisière jusqu'au 30 juin.