Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est fait vacciner samedi soir contre le Covid-19, lançant du même coup la campagne nationale de vaccination en Israël, pays qui n'a pas pour autant allégé ses mesures sanitaires.

M. Netanyahu, 71 ans, et le ministre de la Santé Yuli Edelstein se sont fait administrer le vaccin développé par les sociétés BioNTech/Pfizer à l'hôpital Sheba, situé près de Tel-Aviv, selon un journaliste de l'AFP sur place.

Le Premier ministre a dit penser "aux enfants qui se soucient de leurs parents, et aux petits-enfants qui veulent faire un vrai câlin, pas un câlin sur Zoom, à leur grand-père et leur grand-mère", en référence à une plateforme de visioconférence prisée depuis le début de la pandémie.

Il a également déclaré vouloir être le premier à se faire vacciner dans le pays de neuf millions d'habitants afin de "donner l'exemple" et "encourager" la population à se faire vacciner contre le Covid-19. Plus de 370.000 cas, dont 3.057 décès, ont été officiellement recensés en Israël.

"Depuis près d'un an, nous combattons la plus dure pandémie que l'humanité a connue en 100 ans. D'ici la fin du mois, il y aura ici des millions de vaccins et des millions d'autres suivront (...) Nous pouvons sortir (de cette pandémie) ensemble", a dit le chef du gouvernement israélien, affirmant "croire" au vaccin.

La pandémie de Covid-19 a frappé particulièrement les villes arabes et les communautés juives ultra-orthodoxes, où quelques rabbins influents ont encouragé ces derniers jours leurs fidèles à se faire vacciner dès que possible.

Au total, Israël a commandé plus de 14 millions de doses -pouvant protéger environ sept millions de personnes car le processus de vaccination requiert deux doses- des laboratoires Moderna et Pfizer, ce dernier ayant été approuvé par plus d'une quinzaine de pays, dont les Etats-Unis, le Canada et la Suisse.

Le vice-président américain Mike Pence avait d'ailleurs reçu vendredi le vaccin de Pfizer-BioNTech, l'injection étant retransmise en direct à la télévision, comme dans le cas de M. Netanyahu. Le président élu Joe Biden sera quant à lui vacciné lundi.

Dans la foulée de M. Netanyahu, les autorités doivent aussitôt commencer à vacciner les membres du corps médical qui, avec les personnes les plus vulnérables, sont les premières cibles de cette campagne de vaccination en Israël.

- Confinement et quarantaine -

Mais le lancement de la campagne ne rime toutefois pas pour l'heure avec un allégement des mesures sanitaires, le ministère de la Santé ayant annoncé en soirée la fin de sa politique des pays "verts", c'est-à-dire au retour desquels les voyageurs n'avaient pas à faire de quarantaine.

Dès dimanche, toutes les personnes entrant en Israël devront ainsi se placer en isolement pour deux semaines y compris les Israéliens revenant des Emirats arabes unis, pays qui a normalisé récemment ses relations avec l'Etat hébreu, contribuant au lancement des premières liaisons aériennes directes entre Tel-Aviv et Dubaï.

Benjamin Netanyahu avait averti toutefois de son intention de resserrer le confinement - par exemple en refermant les centres commerciaux - si la moyenne de cas repassait au dessus de la barre des 2.500 par jour.

Or, au cours des derniers jours, les données officielles ont flirté avec ce seuil ce qui n'a pas empêché la population de se rassembler ce week-end sur le bord de mer de Tel-Aviv ou dans les souks de la Vieille Ville de Jérusalem, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Je demande à chacun de suivre les règles (…) et d'éviter les rassemblements. Si tout le monde se fait vacciner rapidement, alors nous pourrons retrouver une vie normale", a déclaré M. Netanyahu samedi.

Côté palestinien, les autorités ont décrété un confinement généralisé pour les deux prochaines semaines dans l'ensemble de la Cisjordanie occupée, où le nombre de contaminations a récemment bondi.

En raison de la situation sanitaire, la messe de Noël dans la basilique de la Nativité de Bethléem, suivie d'ordinaire par une foule de fidèles dans cette ville de Cisjordanie, sera célébrée sans public cette année.

Dans la bande de Gaza, territoire palestinien contrôlé par les islamistes du Hamas et sous blocus israélien, les autorités ont aussi imposé un confinement généralisé pour faire face à un pic de contaminations.