Le monde s'approche des 2 millions de morts dûs au coronavirus, alors que des retards ont été annoncés dans les livraisons du vaccin Pfizer, inquiétant les gouvernements européens, et que l'Organisation mondiale de la santé doit émettre des recommandations face à l'apparition de variants plus contagieux du Covid-19.

Le Covid-19 a fait au moins 1.994.833 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, et près de 94 millions de cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués, selon un bilan établi vendredi par l'AFP à partir de sources officielles.

En Europe, plus de 30 millions de contaminations ont été officiellement recensées, selon un comptage de l’AFP.

L'Allemagne a répertorié 22.368 nouveaux cas d'infection sur les 24 dernières heures, pour un total de 2.000.958, a annoncé vendredi l'institut sanitaire Robert Koch (RKI), et la chancelière Angela Merkel plaide pour des restrictions nettement renforcées.

Espoir face à la pandémie, au moins 35,61 millions de doses de vaccins contre le Covid-19 ont déjà été administrées dans le monde, dans au moins 58 pays et territoires, selon un décompte de l'AFP à partir de sources officielles vendredi.

Mais le laboratoire américain Pfizer a annoncé vendredi que ses livraisons de vaccins allaient ralentir fin janvier-début février, le temps de faire des modifications dans le processus de production.

Ces retards ont été annoncés aux pays de l'Union européenne, suscitant de vives inquiétudes. Les ministres de la Santé de six pays de l'UE (Danemark, Estonie, Finlande, Lituanie, Lettonie et Suède) ont exprimé vendredi dans une lettre commune leur "sérieuse préoccupation" à ce sujet.

Selon la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, Pfizer a cependant assuré à l'UE que les doses promises au premier trimestre seraient livrées comme prévu.

- Nouveau confinement au Portugal -

La pandémie de coronavirus a fortement accéléré dans la plupart des régions du monde ces sept derniers jours, avec 724.700 nouveaux cas enregistrés par jour (+10% par rapport à la semaine précédente), un record, selon un bilan de l'AFP arrêté à jeudi.

Le comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) doit émettre vendredi des recommandations face à l'apparition de variants plus contagieux du coronavirus, susceptibles de provoquer une nouvelle explosion de la pandémie.

Selon l'OMS, le nombre de pays et territoires où se trouve dorénavant le variant repéré initialement en Grande-Bretagne s'élève à 50 et il est de 20 pour le variant identifié en Afrique du Sud, mais l'organisation juge cette évaluation fort probablement sous-estimée.

Une autre mutation, originaire de l'Amazonie brésilienne et dont le Japon a annoncé dimanche la découverte, pourrait impacter la réponse immunitaire selon l'OMS, qui évoque "un variant inquiétant".

Le Royaume-Uni a décidé de fermer ses frontières dès vendredi aux arrivées de tous les pays d'Amérique du Sud ainsi que du Portugal, en raison de cette mutation découverte au Brésil.

Ailleurs en Europe, le Portugal entame vendredi un nouveau confinement généralisé, qui restera en vigueur pendant au moins un mois.

Les nouvelles mesures comprennent la fermeture des commerces non essentiels, des cafés et des restaurants, ou l'obligation de passer au télétravail lorsqu'il est possible. Ces restrictions prévoient néanmoins de nombreuses exceptions, comme l'ouverture des écoles, des tribunaux, des églises ou des fleuristes.

Les rues du centre de Lisbonne étaient moins fréquentées que d'ordinaire vendredi, mais de nombreux habitants étaient sortis de chez eux, notamment pour emmener leurs enfants à l'école.

"Il y a moins de gens dans la rue mais regardez, les bus sont pleins! Le métro aussi était plein ce matin", a témoigné Maria Andrade, une femme de 71 ans qui a décidé d'ouvrir son petit restaurant pour faire de la vente à emporter.

La France va, elle, étendre samedi à tout son territoire un couvre-feu dès 18H00 (17H00 GMT), et exigera des voyageurs venant d'un pays extérieur à l'Union européenne un test négatif au Covid-19.

Le pays a enregistré en 2020, année marquée par l'épidémie, quelque 53.900 décès de plus qu'en 2019, soit une surmortalité de 9%, toutes causes confondues, selon un bilan statistique provisoire rendu public vendredi.

- Explosion des cas en Espagne -

L'Italie va de son côté reconfiner à partir de lundi trois régions jugées à haut risque de contagion pour lutter contre la pandémie, la Lombardie (nord), la Sicile (sud) et le Haut-Adige (nord).

En Espagne, les cas de Covid-19 ont atteint des niveaux record après les fêtes de fin d'année, et plusieurs régions réclament un nouveau confinement strict.

La région de Madrid est l'une des dernières à avoir annoncé vendredi de nouvelles restrictions: elle demande de ne pas faire de réunions à l'intérieur, a avancé le couvre-feu d'une heure, à 23H00, ordonné la fermeture des bars et restaurants à 22H00, et interdit toute entrée ou sortie d'une vingtaines de villes de la région, sauf pour aller travailler notamment.

En un mois, l'incidence de l'épidémie a plus que doublé en Espagne, passant de 194 nouveaux cas pour 100.000 habitants en deux semaines à 523 jeudi, selon les données du ministère de la Santé.

La Catalogne a, elle, décidé vendredi de reporter à fin mai les élections régionales qui étaient prévues le 14 février.

La résurgence du Covid-19 n'épargne pas la Chine, qui a placé en quarantaine forcée 20.000 habitants de zones rurales dans la province du Hebei (nord-est), selon un média d'Etat.

Le pays, qui avait recensé jeudi son premier décès dû au virus depuis mai, a aussi fait état vendredi de 144 nouveaux malades du Covid-19, un chiffre jamais vu depuis mars.

La plupart des nouveaux cas sont enregistrés dans le Hebei, où 22 millions de personnes sont déjà soumises à une forme ou à une autre de confinement.

burx-slb/lpt