Le nouveau Premier ministre français Jean Castex a effectué dimanche une visite-éclair de huit heures en Guyane, territoire français d'Amérique du Sud où une flambée de l'épidémie de coronavirus menace le fragile système de santé local.

Lors de cette première visite dans un territoire français d'outre-mer depuis sa prise de fonctions la semaine dernière, M. Castex a dit "comprendre l'impatience de la population guyanaise", toujours soumise à un "état d'urgence sanitaire" qui a été levé en France métropolitaine, et où certaines zones sont à nouveau soumises au confinement.

La Guyane, territoire de 300.000 habitants grand comme le Portugal, comptait dimanche 6.102 cas de coronavirus confirmés et 26 décès au total. Un taux élevé de malades largement mis sur le compte de la proximité avec le Brésil, épicentre de l'épidémie en Amérique du Sud.

Depuis mai, le coronavirus met à mal le système de santé guyanais déjà fragile. Les trois hôpitaux du territoire, déjà mobilisés pour des patients victimes de la leptospirose ou de la dengue, sont menacés de saturation si la situation empire. Vingt-cinq des 38 lits de réanimation et 129 des 167 lits d'hospitalisation sont déjà occupés.

Un hôpital de campagne a aussi été installé au centre hospitalier de Cayenne, le chef-lieu de la Guyane, pour accueillir des patients autres que ceux atteints du Covid-19.

- Stabilisation -

Lors de son bref séjour, M. Castex a enchaîné au pas de charge les visites de sites dédiés à la lutte contre l'épidémie. Il a toutefois noté que "la situation épidémiologique semble s'améliorer, et c'est heureux".

Le "directeur de crise" pour la Guyane, Patrice Latron, a précisé à l'AFP que "c'est probablement grâce aux mesures de couvre-feu que la situation se stabilise, notamment sur l'ouest de la Guyane et sur le littoral" mais "le centre de gravité de l'épidémie se déplace vers l'ouest, vers le fleuve Maroni" qui marque la frontière avec le Suriname.

"La mobilisation de l'Etat et de l'ensemble des services publics n'est pas étrangère à cette situation" globale d'amélioration, même si "sans doute tout n'a pas été parfait", a admis le chef du gouvernement, qui avant de devenir Premier ministre a organisé la sortie du confinement de la France.

"Pourtant il vous faudra rester vigilants", a-t-il averti, tandis qu'en France métropolitaine, un relâchement dans le respect des gestes barrières est observé, avec notamment un grand concert électro à Nice samedi sans la moindre distanciation physique.

Accompagné par les ministres Sébastien Lecornu (Outre-mer)et Olivier Véran (Santé), M. Castex, visage masqué, a visité l'hôpital de Cayenne et exprimé "l'immense gratitude" de la Nation à quelque 150 membres du personnel.

Un infirmier l'a interpellé: "la Guyane a quarante ans de retard", "nous voulons encore plus d'aide, ne restez pas un jour" seulement.

Plusieurs évacuations sanitaires de malades ont été réalisées vers les île françaises de Guadeloupe et Martinique, aux Antilles, mais le manque de places dans les hôpitaux antillais commence aussi à se faire sentir.