La Bourse de New York a peu évolué vendredi, reprenant son souffle à l'issue d'une semaine qui a marqué le coup d'envoi officieux de la saison des résultats à Wall Street.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average a cédé 0,23% à 26.671,95 points.

Le Nasdaq s'est en revanche apprécié de 0,28% à 10.503,19 points et l'indice élargi S&P 500 est monté de 0,28% à 3.224,73 points.

De lundi à vendredi, le Dow Jones a pris 2,29% et le S&P 500 est monté de 1,25%. Le Nasdaq s'est tassé de 1,08%.

"Le marché a fait une pause aujourd'hui", note Sam Stovall de CFRA, qui précise que les investisseurs "attendent la semaine prochaine pour s'enthousiasmer à nouveau."

Lors de la publication de leurs chiffres d'affaires et de leurs bénéfices entre avril et juin, les grandes banques américaines, durement frappées par l'impact de la pandémie de Covid-19, ont dans l'ensemble fait moins pire que prévu, avec des mentions spéciales pour Morgan Stanley (-0,44%) et JPMorgan Chase (-1,85%).

Du côté de la tech, Netflix (-6,52%) a en revanche déçu le marché malgré ses plus de 10 millions de nouveaux abonnés au deuxième trimestre. Le géant du streaming, dont les bénéfices ont été inférieurs aux attentes, a prévu une croissance de son nombre d'abonnés bien moindre au prochain trimestre avec l'ajout de 2,5 millions de clients payants.

"La barre avait sans doute été placée trop bas pour les valeurs financières et trop haut pour les grands noms de la tech", résume Sam Stovall.

IBM, Coca Cola, United Airlines et Tesla font partie des entreprises de la place new-yorkaise qui feront état de leur bilan de santé trimestriel la semaine prochaine.

- Blackrock engrange -

Au rang des indicateurs de vendredi, les mises en chantier de logements aux Etats-Unis ont bondi de 17,3% en juin par rapport à mai, un peu plus qu'attendu par les analystes, selon les données du département du Commerce.

La confiance des consommateurs s'est pour sa part érodée plus que prévu au début du mois de juillet en raison de la résurgence de la pandémie de Covid-19 dans le pays, selon l'estimation préliminaire de l'enquête de l'Université du Michigan.

Sur le front sanitaire, les investisseurs n'ont pas semblé s'alarmer de la flambée des nouvelles contaminations au coronavirus aux Etats-Unis, plusieurs records quotidiens ayant été franchis cette semaine.

"Le marché ignore les cas et se concentre sur les essais cliniques avec la possibilité qu'un vaccin efficace soit prochainement disponible", explique M. Stovall.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine montait à 0,6250% vers 20H35 GMT, contre 0,6168% jeudi soir.

Parmi les autres valeurs du jour, Blackrock a pris 3,66%. Le premier gestionnaire d'actifs au monde a attiré 100 milliards de dollars de nouveaux fonds à placer au deuxième trimestre alors que les marchés financiers se remettaient de la débâcle causée en mars par l'arrivée de la pandémie de Covid-19 aux Etats-Unis.

Le spécialiste du transport de marchandises JB Hunt Transport a gagné 3,22% après avoir affiché un chiffre d'affaires et un bénéfice supérieurs aux anticipations du marché.

Les croisiéristes Carnival (-1,96%), Norwegian Cruise Line (-2,18%) et Royal Caribbean Cruises (-1,48%) ont été lestés par la décision du Centre de prévention et de contrôle des maladies (CDC) américain de prolonger jusque fin septembre l'interdiction de navigation pour les bateaux pouvant transporter au moins 250 passagers.