ZOOM: la banque portugaise Banif s'effondre en Bourse, spéculations sur une intervention de l'Etat

Publié le à Lisbonne, 14 déc 2015 (AFP)

Le titre de la banque portugaise Banif s'est effondré lundi à la Bourse de Lisbonne, chutant de plus de 42%, alors que des médias locaux faisaient état d'une intervention imminente de l'Etat.

L'action a dévissé de 42,86% à 0,08 centime d'euro, dans un marché en baisse de 1,24%. Après un bref répit vendredi - où le titre s'est envolé de plus de 55% - la Banif poursuivait ainsi sa chute vertigineuse entamée il y a une dizaine de jours.

Le gouvernement "suit la situation" de la Banif afin "d'assurer la confiance dans le système financier, la pleine protection des épargnants, les conditions de financement de l'économie et la meilleure protection des contribuables", a indiqué le ministère des Finances.

La Banif, qui figure parmi les plus petites banques du pays avec une part de marché estimée à 3%, a démenti une intervention de l'Etat, faisant valoir que "le scénario d'une résolution ou l'imposition d'une mesure administrative est dénué de sens".

La banque a réitéré que le processus de mise en vente de la part de 60,5% détenue par l'Etat était en cours, "impliquant plusieurs investisseurs internationaux".

Si la banque échoue à trouver un nouvel actionnaire cette semaine, elle sera soumise à un plan de sauvetage, prévoyant de "séparer les actifs sains des actifs toxiques", rapportait la télévision TVI24.

Cette hypothèse a été également avancée par le journal Publico qui écrit que "tout indique que le gouvernement présentera cette semaine une solution pour la banque".

La Banif subirait ainsi le même sort que Banco Espirito Santo (BES), qui avait été secourue par la Banque du Portugal le 3 août 2014. Dans le cadre d'un plan de sauvetage, les actifs sains ont été regroupés dans une structure de transition baptisée Novo Banco.

La banque avait bénéficié en décembre 2012 d'une aide de 1,1 milliard d'euros fournie par l'Etat portugais, qui détient depuis la majorité de son capital.

L'Etat avait apporté 400 millions d'euros sous forme de "Cocos" (obligations qui se transforment obligatoirement en capital si la santé de la banque se dégrade), dont 275 millions ont été remboursés.

Mais la Banif n'a toujours pas réglé la dernière tranche de 125 millions d'euros, qui était arrivée à échéance en décembre 2014, et doit également rembourser 700 millions d'euros d'ici 2017.

bh-ode/gib

BANIF - BANCO INTERNACIONAL DO FUNCHAL SA

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.