ZOOM Peugeot chute en Bourse, étudie une augmentation de capital

Publié le à PARIS, 12 déc 2013 (AFP)

Le titre du constructeur automobile français PSA Peugeot Citroën chutait jeudi matin à la Bourse de Paris, après une série d'annonces dont des discussions autour d'une augmentation de capital et de lourdes dépréciations liées aux changes.

A 12H05 (11H05 GMT), la valeur perdait 10,74% à 10,27 euros, alors que l'indice CAC 40 en baisse de 0,17%.

Après des informations de presse en ce sens dévoilées la veille, PSA Peugeot Citroën a confirmé jeudi "étudier des nouveaux projets de développement industriel et commercial avec différents partenaires, y compris (le chinois, NDLR) Dong Feng Motor, ainsi qu'un projet d'augmentation de capital".

"Le projet à l'étude va entraîner une dilution énorme" pour les actionnaires existants, ce qui explique la baisse du titre, prévient Tangi Le Liboux, analyste chez le courtier Aurel BGC.

Pour Renaud Murail, gérant chez Barclays Bourse, "le point positif est que la structure financière du groupe va être sécurisée mais il est difficile d'y voir clair sur la stratégie".

"Il reste à savoir comment GM, Dongfeng, l'Etat et la famille Peugeot vont se mettre d'accord au-delà du montage financier qui n'est pas encore connu", souligne-t-il.

Le constructeur automobile français en difficulté précise qu'"il n'y a aucun accord sur les termes d'une éventuelle opération".

Selon la presse, outre Dongfeng, l'Etat français pourrait participer à une augmentation de capital qui pourrait être comprise entre 3 et 4 milliards d'euros. La famille Peugeot en détient actuellement 25,4% et le groupe américain General Motors 7%.

Dans un autre communiqué publié un peu plus tard, le groupe a indiqué qu'il produirait la remplaçante de l'Opel Zafira dans son usine historique de Sochaux, dans le cadre de sa collaboration avec General Motors, mais a revu en nette baisse son estimation des synergies attendues de l'alliance.

"La révision à la baisse des économies sur les achats avec GM est une nouvelle plutôt négative. La bonne nouvelle, c'est que GM a l'air prêt à accueillir un nouvel actionnaire sans se retirer", remarque M. Le Liboux.

"Ce qui ressort quand même, c'est qu'on semble se diriger vers une montée en puissance des relations avec les chinois au détriment des liens avec GM avec qui les synergies ne sont pas évidentes", selon M. Murail.

Enfin, le groupe a annoncé qu'il s'attendait à une dépréciation de l'ordre de 1,1 milliard d'euros dans ses comptes 2013, du fait des variations de change et de la crise du marché automobile.

"La dépréciation n'a pas d'impact sur les liquidités", relativise M. Le Liboux, qui rappelle toutefois que Peugeot "est présent dans des pays où le marché automobile n'est pas en grande forme".

jbo/fpo/ggy

PSA PEUGEOT CITROEN

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.