(Belga) GENEVE Plus de 100.000 personnes ont fui le Nicaragua depuis que ce pays connaît depuis avril 2018 un mouvement de contestation réprimé, a indiqué hier le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR). "Les étudiants, les défenseurs des droits humains, les journalistes et les agriculteurs nicaraguayens continuent de fuir leur pays à un rythme moyen de 4.000 personnes par mois", portant à plus de 100.000 les personnes ayant fui le pays depuis le début de la crise, a déclaré une porte-parole du HCR. Aucune résolution de la crise interne n'étant en vue, le HCR s'attend à ce que ces chiffres augmentent. Le Nicaragua, dirigé par l'ex-guérillero sandiniste Daniel Ortega, traverse une grave crise politique. Une première contestation contre une réforme de la sécurité sociale s'est transformée en une vague de manifestations réclamant le départ du président, accusé d'avoir instauré une dictature corrompue, ainsi que des élections anticipées. La répression a été sanglante. Plus de 325 personnes ont été tuées et des centaines d'opposants ont été emprisonnés. (Belga)