CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN - Les Etats-Unis empêchent une réunion vendredi du Conseil de sécurité

Belga

Les Etats-Unis se sont opposés à la tenue vendredi d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU sur la nouvelle flambée de violences entre Israéliens et Palestiniens, tout en assurant n'avoir rien contre une session en début de semaine prochaine."Il n'y aura pas de réunion du Conseil de sécurité demain", a déclaré jeudi à l'AFP un porte-parole chinois, dont le pays préside en mai cette instance. "Les Etats-Unis ne sont pas d'accord avec une réunion demain en visioconférence", a indiqué un diplomate, tandis qu'un autre précisait que Washington avait suggéré qu'elle ait lieu mardi, ce qui lui ôterait une bonne partie de son caractère urgent. Le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, a assuré devant la presse que les Etats-Unis étaient "favorables" à ce qu'une réunion ait lieu "en début de semaine prochaine". "J'espère que cela donnera un peu de temps à la diplomatie pour apporter des résultats et voir si nous obtenons une vraie désescalade", a dit le responsable qui avait dépêché la veille un émissaire en Israël et dans les Territoires palestiniens. La tenue de réunions virtuelles, pratique courante à l'ONU depuis mars 2020 pour cause de pandémie de Covid-19, requiert un consensus parmi les 15 membres du Conseil de sécurité. La Chine aurait pu imposer une réunion en présentiel vendredi mais s'est abstenue. Depuis lundi, les Etats-Unis ont accepté deux visioconférences à huis clos et en urgence sur le conflit israélo-palestinien mais refusé deux déclarations communes appelant à un arrêt des hostilités, les jugeant "contreproductives" à ce stade, selon des diplomates. Les Américains soutiennent ainsi la position de leur allié israélien, qui rejette une implication du Conseil de sécurité dans le conflit. La réunion de vendredi avait été demandée par dix membres sur quinze du Conseil (Tunisie, Norvège, Chine, Irlande, Estonie, France, Royaume-Uni, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Niger et Vietnam). Dans leurs prises de position depuis le début du conflit, les Etats-Unis ont réaffirmé le droit d'Israël à se défendre contre les tirs de roquettes du mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, mais aussi appelé à la désescalade. Ils ont également demandé à Israël de faire "tout son possible pour éviter des victimes civiles". (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

logo Belga