Assassinat de Sofie Muylle - L'accusé nie avoir tué la victime

Belga

Le procès d'Alexandru Caliniuc, 27 ans, accusé de l'assassinat de Sofie Muylle à Knokke-Heist en 2017, a débuté lundi devant la cour d'assises de Flandre occidentale à Bruges. L'accusé a affirmé qu'il n'a pas tué la victime et qu'il voulait uniquement avoir une relation sexuelle. Il risque la réclusion à perpétuité.Le procès a démarré avec la lecture de l'acte d'accusation par le procureur général, avant que les parties ne prennent brièvement la parole. La défense a notamment expliqué qu'elle demandera l'acquittement d'Alexandru Caliniuc pour l'assassinat de Sofie Muylle (27 ans). Selon Me Chantal Van den Bosch, son client a effectivement violé la victime le 22 janvier 2017, mais il ne l'a pas tuée. L'avocate a également souligné l'importance de l'enquête lors de l'audience. "Soyez très attentifs, très critiques, posez des questions, prenez des notes", a-t-elle conseillé au jury. Selon l'avocat du frère de la victime, Me Filip De Reuse, l'assassinat ne fait par contre aucun doute. Il a souligné que l'accusé avait délibérément traîné la victime mourante dans un endroit à l'abri des regards, où il savait qu'elle ne serait pas retrouvée et finirait par mourir de froid. "C'est comme si Marc Dutroux disait: "J'ai fermé la porte de la cave, mais je n'ai pas tué ces enfants", a-t-il ajouté. L'accusé a également été longuement interrogé par le président de la cour Willem De Pauw. Alexandru Caliniuc a déclaré qu'il voulait seulement avoir des relations sexuelles avec la victime, mais qu'il ne s'attendait pas à ce qu'elle meure cette nuit-là sur la plage de Knokke. Il s'est décrit comme parfaitement normal sexuellement, mais le président lui a fait remarquer qu'il filmait secrètement des femmes dans les vestiaires de la piscine. "Ce n'est pas normal en effet, mais je ne sais pas pourquoi j'ai fait ça", a répondu l'accusé. L'homme a expliqué qu'il s'était promené pendant des heures, notamment sur la plage, la nuit des faits, après avoir passé la soirée dans une boîte de nuit. Il dit avoir trouvé Sofie Muylle allongée le visage dans le sable, blessée. Il l'a alors déplacée pour avoir des relations sexuelles avec elle. "Elle était inconsciente, je pense", a-t-il ajouté. "Parce qu'elle n'a rien dit et parce que de la mousse est sortie de sa bouche." "Je pensais qu'elle ne mourrait pas sous la jetée, parce qu'elle aurait plus chaud et qu'elle était protégée du vent", a-t-il encore expliqué. Le verdict sur la culpabilité est attendu au plus tôt vendredi soir. (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

logo Belga