Avion dérouté par le Bélarus - Les médias d'État défendent l'interception de l'avion de Ryanair

Belga

Les médias d'État au Bélarus ont défendu l'interception dimanche d'un avion de ligne de Ryanair, jugeant cette réaction normale du fait d'une "alerte à la bombe" à bord, et présentant l'opposant arrêté comme un "extrémiste".Un chasseur bélarusse MiG-29 a intercepté dimanche le vol FR4978 reliant Athènes à Vilnius, à bord duquel se trouvait Roman Protassevitch, ancien rédacteur en chef du média d'opposition Nexta. L'appareil a finalement rejoint la Lituanie avec plusieurs heures de retard sur l'horaire prévu - sans M. Protassevitch, interpellé à Minsk. La télévision publique bélarusse a assuré que l'avion s'était posé à Minsk en raison d'une "alerte à la bombe" qui s'est par la suite révélée être fausse et que M. Protassevitch n'a "suscité l'intérêt des forces de l'ordre" qu'au moment où les passagers ont "repassé le contrôle aux frontières et les douanes". La chaîne Telegram "Pool Pervogo", qui fait office de compte non-officiel de la présidence bélarusse, a de son côté publié un message afin de "dissiper tous les mythes et spéculations". Défendant là aussi avec insistance la version de l'alerte à la bombe, la chaîne a souligné que l'appareil se trouvait à ce moment-là dans l'espace aérien bélarusse et que "conformément aux normes, le contrôleur de vol doit proposer à l'équipage l'aéroport le plus proche au moment de la réception du message, soit l'aéroport de Minsk". "Alors, quelles critiques peut-il y avoir à l'encontre du Bélarus, qui a appris l'existence d'une alerte à la bombe dans son espace aérien?", poursuit-elle. "Le fait que se trouvait un extrémiste parmi les passagers n'est pas la faute de ceux qui ont pris la décision de fournir une aide aux passagers de l'appareil", ajoute-t-elle. Les autorités bélarusses avaient inscrit en novembre le nom de M. Protassevitch, âgé de 26 ans, sur la liste des "individus impliqués dans des activités terroristes". Son média, Nexta, a joué un rôle important pour mobiliser les foules lors mouvement de contestation inédit qui a secoué le pays l'année dernière. Plusieurs puissances occidentales ont dénoncé l'affaire comme le détournement d'un avion civil. L'Union européenne pourrait décider de sanctions à l'occasion d'un sommet lundi et mardi à Bruxelles. (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

logo Belga