Les réfugiés rohingyas se disent piégés sur l'île de Bhashan Char

Belga

Les réfugiés rohingyas déplacés à Bhashan Char, une île du Bangladesh, s'y sentent pris au piège, redoutant d'être victimes d'inondations et des vents violents pendant la mousson sans échappatoire, selon un rapport de Human Rights Watch (HRW) publié lundi.

placeholder

Sur les 850.000 Rohingyas qui vivent dans la désolation des camps de Cox's Bazar, quelque 18.000 ont été relogés sur l'île située dans le golfe du Bengale depuis décembre par les autorités du Bangladesh, dans des abris neufs. Environ 80.000 autres y seront transférés prochainement, a indiqué à l'AFP un porte-parole du bureau du Premier ministre. Dans un rapport de 58 pages établi sur la base des témoignages de 167 réfugiés de Bhashan Char, l'organisation Human Rights Watch affirme que les Rohingyas ont été déplacés "sans consentement complet et éclairé" et ne peuvent plus quitter l'île. Nombreux disent redouter les vents et les inondations de la mousson qui débute en juin, risquant de balayer l'île limoneuse, de faible altitude, ajoute HRW, dont le siège est à New York. La plupart de ces réfugiés musulmans ont fui la Birmanie voisine, en 2017, où une offensive militaire était menée contre eux avec une "intention génocidaire", selon les conclusions des enquêteurs de l'ONU. A cet égard, HRW a reconnu qu'il était "généreux et compatissant" de la part de Dacca de les accueillir, mais que leurs droits devaient être respectés. "Le gouvernement du Bangladesh a du mal à assumer plus d'un million de réfugiés rohingyas, mais obliger les gens à se rendre sur une île isolée ne fait que créer de nouveaux problèmes", a déclaré Bill Frelick, directeur des droits des migrants et des réfugiés de HRW, dans un communiqué. "Les donateurs internationaux devraient aider les Rohingyas, mais aussi insister pour que le Bangladesh renvoie les réfugiés qui veulent retourner sur le continent ou si les experts estiment que les conditions sur l'île sont trop dangereuses ou insoutenables", a-t-il ajouté. Le gouvernement du Bangladesh insiste sur le fait que leur relocalisation est volontaire et souligne que l'île est à l'abri des cyclones, que ses installations sont bien meilleures que celles des camps de Cox's Bazar. "Quelles que soient nos ressources, nous avons essayé d'apporter la meilleure aide à ces personnes", a déclaré à l'AFP le ministre des Affaires étrangères du Bangladesh, A.K. Abdul Momen, réagissant au rapport de HRW. "Leurs nations sont très développées (...) S'ils éprouvent tant de sympathie, qu'ils les ramènent dans leur pays", a ajouté le ministre à l'adresse de HRW. "Je suis désolé que nous ne puissions pas offrir de meilleures installations, nous ne sommes pas un pays riche. Nous n'avons pas les moyens de faire davantage." (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

logo Belga