Française jugée pour avoir tué son mari: peine symbolique, l'accusée ressort libre

Belga

Valérie Bacot, une Française jugée pour avoir tué son mari violent et proxénete été condamnée vendredi à une peine symbolique de quatre ans de prison, dont un ferme, ce qui lui permet de ressortir libre du tribunal, ayant déjà passé un an en détention provisoire.La cour d'assises de Saône-et-Loire (est de la France) est allée plus loin dans la clémence de l'avocat général (accusation). Celui-ci avait requis à l'encontre de l'accusée une peine modérée de cinq ans de prison, dont quatre avec sursis, qualifiant de "victime" celle qui a été violée, battue et prostituée pendant des années par son mari tyrannique. Valérie Bacot, 40 ans, était jugée pour avoir tué d'une balle dans la tête son mari Daniel Polette, 61 ans, le 13 mars 2016. Elle encourait la réclusion à perpétuité. Elle a été "une victime, très clairement" du mari proxénète avait déclaré plus tôt dans la journée le representant de l'accusation, demandant la clémence pour l'accusée. "Valérie Bacot ne pouvait pas prendre la vie de celui qui la terrorisait" mais il faut "fixer l'interdit sans réincarcérer", avait-il estimée, soulignant que ses quatre enfants avaient "besoin" de leur mère. (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

logo Belga