Radicalisation violente: quatorze projets en Flandre, vers un nouvel appel en Wallonie

Belga

Trente-trois communes flamandes, dont les villes d'Anvers, Malines, Gand et Roulers, lanceront sous peu des projets de prévention de la radicalisation violente avec des soutiens financiers du gouvernement flamand, a indiqué vendredi le ministre régional des Affaires intérieures Bart Somers.Il s'agit notamment d'instaurer un fonctionnaire en charge de la "déradicalisation", de renforcer les Cellules de sécurité intégrale locale en matière de radicalisme, d'extrémisme et de terrorisme (CSIL-R), de développer des collaborations avec la police ou de renforcer l'expertise des agents en la matière, selon le ministre Open Vld. Vu le caractère supracommunal de plusieurs de ces projets, leur nombre est de 14. Les pouvoirs locaux peuvent disposer d'un montant de 60.000 euros régionaux maximum par projet, mais doivent y ajouter 20% sur leur budget propre. Seules onze communes de Flandre n'ont pas de CSIL-R. Toutes les communes de la Région bruxelloise en ont une. Au sud du pays, 39 communes n'en ont pas, selon les statistiques du ministère de l'Intérieur. En 2019, l'appel à projets du gouvernement wallon "aide à la coordination des CSIL-R" avait suscité les réponses de 43 pouvoirs locaux, pour un montant total de 1,5 million d'euros.Trente-neuf projets ont abouti et les subsides ont été consommés à 77,5 %, répondait dernièrement le ministre des Pouvoirs locaux Christophe Collignon (PS) à une question du député Charles Gardier (MR). Certains projets n'ont pu être réalisés en raison de la crise sanitaire. L'appel à projets sera renouvelé, a assuré le ministre, mais sous une forme encore à définir. Le dispositif ne sera pas destiné à soutenir financièrement la création de CSIL en tant que telle, mais bien à soutenir des projets. "Nous voulons optimiser les moyens consacrés à cette politique, via une approche préventive qui a un réel impact sur le terrain, tout en favorisant la supracommunalité", selon M. Collignon. Par ailleurs, des négociations sont en cours pour élaborer un accord de coopération entre le fédéral et les entités fédérées sur les CSIL-R. Le Comité de concertation doit notamment veiller à structurer la collaboration entre les services impliqués dans la lutte contre l'extrémisme et le terrorisme, tout en respectant les compétences de chaque niveau de pouvoir, selon une réponse du ministre Collignon à une question de Christophe Bastin (cdH). (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

logo Belga