60 morts confirmés deux semaines après l'effondrement d'un immeuble à Miami

Belga

Au moins soixante personnes sont mortes dans l'effondrement d'un immeuble le 24 juin à Surfside, en Floride, ont annoncé jeudi les autorités locales, deux semaines après la catastrophe.

placeholder

La veille, les secours avaient décidé de mettre fin aux recherches de survivants, alors que 80 personnes restent potentiellement portées disparues. Les recherches dans le monceau de gravats de ce qui fut un immeuble de 12 étages sur le front de mer n'ont permis de retrouver aucune victime vivante, à part un adolescent quelques heures après l'effondrement. Mais "nous prions encore pour un miracle", a affirmé jeudi le maire de la petite ville de 6.000 habitants, Charles Burkett, assurant qu'il n'avait "pas abandonné tout espoir". Au 15e jour des opérations, les sauveteurs ont observé un bref moment de silence à 1h20 du matin, l'heure à laquelle une partie de l'immeuble s'est écroulée. "Le travail continue avec toute la rapidité et l'urgence nécessaire", a affirmé Daniella Levine Cava, la maire du comté de Miami-Dade, qui englobe Miami et Surfside. "Nous travaillons 24 heures sur 24 pour retrouver des victimes et permettre aux familles de faire leur deuil aussi vite que possible", a-t-elle ajouté lors d'un point-presse. Des policiers et des experts en médecine légale sont chargés d'identifier les corps ou les restes humains afin de pouvoir alerter les proches de victimes. Au moins 124 tonnes de débris ont été retirées des décombres de l'immeuble Champlain Towers South, qui s'est partiellement écroulé de façon encore largement inexpliquée, même si la structure du bâtiment semblait par endroits dégradée. Le reste du bâtiment, à l'instabilité jugée dangereuse, a fait l'objet d'une démolition contrôlée dimanche soir, ce qui a permis aux équipes de progresser dans des zones de fouilles jusque-là inaccessibles. (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

logo Belga