Explosions à Beyrouth - La requête du Parlement rejetée

Belga

Le juge d'instruction en charge de l'enquête sur l'explosion au port de Beyrouth a retoqué lundi une requête de députés réclamant des "preuves" supplémentaires avant une décision sur une levée de l'immunité de trois parlementaires et ex-ministres, selon une source judiciaire.Le 4 août 2020, une gigantesque déflagration, déclenchée par un incendie dans un entrepôt qui abritait des tonnes de nitrate d'ammonium stockées "sans mesures de précaution" de l'aveu même des autorités, a fait plus de 200 morts et 6.500 blessés. Des ONG ont souvent mis en garde contre les ingérences dans le judiciaire et les pressions d'une classe politique honnie, au sujet de l'enquête libanaise sur l'explosion qui n'a donné aucun résultat concret près d'un an après le drame. Le précédent juge d'instruction en charge du dossier avait été récusé en février, après avoir inculpé le Premier ministre démissionnaire Hassan Diab et trois anciens ministres, provoquant une levée de boucliers au sein de la classe politique. Début juillet, le nouveau juge, Tarek Bitar, a demandé au Parlement la levée de l'immunité de trois députés qui ont occupé des postes de ministres - Ali Hassan Khalil (Finances), Ghazi Zaayter (Travaux publics et Transport) et Nouhad al-Machnouk (Intérieur) -, "en vue d'intenter des poursuites pour potentielle intention d'homicide" et "négligence et manquements". Une commission conjointe du Parlement, chargée d'étudier sa requête avant un vote, a alors réclamé "un résumé des preuves rapportées dans l'enquête, ainsi que tous les documents et les papiers incriminant" les députés. "Le juge d'instruction a refusé la requête du Parlement. Dans un courrier officiel il a expliqué qu'il avait déjà remis tous les documents qui devaient être remis", a indiqué à l'AFP une source judiciaire. "Selon le règlement intérieur du Parlement, la levée de l'immunité d'un député se fait sans que ne soient présentées les preuves et les documents qui sont en la possession du juge d'instruction", a assuré dans sa réponse M. Bitar. Pour l'avocat et militant Nizar Saghieh, la demande du Parlement est "une atteinte à la séparation des pouvoirs". Lundi, les familles des victimes de l'explosion ont manifesté devant les domiciles de MM. Machnouk et Zaayter. En juin, une cinquantaine d'ONG, dont Amnesty et Human Rights Watch, ont réclamé une enquête de l'ONU sur le drame après avoir dénoncé "des ingérences politiques flagrantes, l'immunité des hauts responsables politiques et des violations de la procédure régulière" dans l'enquête libanaise. (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

logo Belga