Mouvement d'humeur par fatigue chez les policiers d'intervention de Bruxelles-Midi

Belga

Une quinzaine de policiers d'intervention de la zone de Bruxelles-Midi se sont faits porter malades ce lundi pour faire valoir leur extrême fatigue et protester contre la réorganisation du service, selon une information donnée par plusieurs médias et confirmée en fin de journée par le chef de corps Jurgen De Landsheer. Pour pallier au manque d'effectifs, des policiers ont été mobilisés dans d'autres services.Au sein de l'équipe d'intervention de 32 agents qui a travaillé de 07h00 à 19h00, 9 policiers sont en congés et 15 autres ont fourni des certificats médicaux pour la journée, quelques jours, voire jusqu'à vendredi. Il y a de plus 5 ou 6 autres certificats médicaux entrés ce lundi en dehors de cette équipe. Des policiers ont envoyé un mail anonyme à tout du moins un bourgmestre et à des médias pour expliquer qu'ils étaient fatigués. Jurgen De Landsheer précise qu'il n'est pas en mesure de distinguer des policiers qui auraient réellement été malades de ceux faisant valoir leur état de fatigue pour porter des revendications. "Je les comprends", a en tout cas assuré le chef de corps. "Cette année a été très dure, avec les mesures sanitaires à faire respecter pendant le confinement et le déconfinement, puis le sommet européen et de l'OTAN, les matchs de l'Euro... On vit de plus une année de changements et de réorganisation. Des groupes de travail ont proposé de faire des horaires de 12 heures au lieu de 10, ce qui leur permet d'avoir plus de jours à la maison. Sur les 200 personnes qui travaillent en intervention, deux tiers étaient pour et un tiers contre. On a suivi l'avis de la majorité et on a mis en place cet horaire au 1er avril". Il ajoute qu'il y a aussi eu cette année une rupture de confiance avec la population qui a moralement été dure à vivre. "Il y a une volonté politique chez nous d'augmenter le cadre de 100 policiers d'ici 3 ans et on a les budgets, mais il faut qu'on arrive à les recruter", remarque encore Jurgen De Landsheer. "J'ai ouvert 25 places pour des agents de police, un poste accessible aux personnes qui n'ont pas de diplôme secondaire. Sur les 25, je ne devrais pouvoir en avoir que 8 l'année prochaine en avril s'ils réussissent leur formation. On n'arrive pas à suivre au niveau du recrutement et de la formation dans les écoles". Le chef de corps invitent les policiers mécontents à venir discuter de leur mal-être avec lui dès ce mardi. Il a également pris contact avec les syndicats SLFP et SNPS. Jurgen De Landsheer explique que le nouveau système doit être évalué et avance par exemple que les horaires des autres équipes qui renforcent l'intervention en chevauchement pourraient être modifiées. Il y a des équipes en appui qui font de l'intervention et d'autres tâches durant la journée. S'ajoutent encore trois équipes dédiées à l'intervention qui viennent de la police de proximité. Cependant, l'équipe d'intervention de la nuit, qui travaille de 19h00 à 07h00 du matin, est seule durant une large partie de son service. (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

logo Belga