JO 2020 - Enquête pour distribution de produits dopants chez un proche du champion olympique du 100m

Belga

Selon le journal britannique "The Times", un bodybuilder nutritionniste, Giacomo Spazzini, qui a collaboré jusqu'en mars dernier avec le champion olympique du 100 m, l'Italien Marcell Jacobs, est visé par une enquête de la police milanaise pour distribution illégale de stéroïdes anabolisants. Les détails de l'article sont rapportés notamment par le quotidien français L'Equipe samedi.

JO 2020 - Enquête pour distribution de produits dopants chez un proche du champion olympique du 100m

Le Times prétend avoir pris connaissance de documents de la police italienne tendant à démonter que Spazzini est lié à une enquête lancée en juin 2019. Selon son agent, Marcell Jacobs aurait rompu toute collaboration avec Spazzini en mars dernier dès qu'il a eu connaissance de cette enquête. "L'enquête n'a jamais touché Marcell et, par conséquent, nous n'avons aucune information à ce sujet", a expliqué Marcello Magnani, l'agent de Jacobs. "La question du recours par Marcell à des produits dopants est folle. La réponse est, évidemment et catégoriquement, non". La victoire surprise de Marcell Jacobs, dimanche, en finale du 100 m des Jeux Olympiques de Tokyo, en 9.80, nouveau record d'Europe, a alimenté une polémique autour du dopage qui ne fait qu'enfler sachant que le sprinteur italien, restait sur un meilleur chrono de 10.03 en 2019. Dans la foulée, le relais 4X100m italien, avec Jacobs, s'est paré d'or vendredi. Le Comité national olympique italien ne fait lui pour l'instant "aucun commentaire", mais a confirmé que Marcell Jacobs serait bien le porte-drapeau de la délégation transalpine lors de la cérémonie de clôture dimanche, une décision annoncée il y a deux jours. (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.