Malaisie: le Premier ministre démissionne, ouvrant une période d'instabilité

Belga

Le Premier ministre malaisien Muhyiddin Yassin et son gouvernement ont démissionné lundi après 17 mois au pouvoir ouvrant une nouvelle période d'instabilité politique pour ce pays d'Asie du Sud-Est aux prises avec une flambée du Covid-19.

placeholder

"Le gouvernement a remis sa démission au roi", a annoncé le ministre de la Science Khairy Jamaluddin sur son compte Instagram. Le Premier ministre était arrivé au pouvoir en mars 2020 sans élection et dirigeait un gouvernement de coalition depuis la chute du gouvernement réformiste de Mahathir Mohamad, un vétéran de la politique malaisienne. L'organisation de nouvelles élections est peu probable à court terme à cause de la situation sanitaire, et les observateurs s'attendent à une période de marchandage intense pour parvenir à une nouvelle coalition viable. Le Premier ministre sortant a attaqué ses adversaires au sein de sa propre coalition dans un discours lundi. "J'aurais pu emprunter la voie la plus facile en passant outre mes principes pour rester Premier ministre, mais ce n'a pas été mon choix", a-t-il déclaré à la télévision. "Je ne travaillerai jamais avec des kleptocrates". Le Premier ministre a affirmé que plusieurs députés qui lui avaient retiré leur soutien, dont l'ex-dirigeant Najib Razak impliqué dans le vaste scandale de corruption 1MDB, l'ont sanctionné pour avoir refusé de faire annuler les poursuites à leur encontre. Muhyiddin Yassin était aussi vivement critiqué par l'opposition pour avoir imposé en janvier un état d'urgence dû à l'épidémie qui a suspendu le parlement et lui a permis d'échapper ainsi à des élections. Le Premier ministre de 74 ans avait essayé encore vendredi de s'accrocher au pouvoir en proposant sans succès aux élus de l'opposition de le soutenir en échange de l'adoption de plusieurs réformes. Mais après avoir échoué dans sa tentative d'obtenir le soutien des parlementaires, il a offert sa démission au monarque malaisien. Le palais a confirmé dans un communiqué que le roi avait officiellement accepté la démission de M. Muhyiddin et précisé qu'il serait Premier ministre par intérim avant son remplacement. Sans successeur évident, la Malaisie pourrait replonger dans une nouvelle période d'instabilité politique, telles que celles qu'elle a déjà traversées à plusieurs reprises sur fond de lutte entre factions rivales. (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

logo Belga