Liban: électricité, téléphonie et Internet quasi à l'arrêt dans le nord endeuillé

Belga

La région du Akkar, dans le nord du Liban en crise, se retrouve comme coupée du monde mardi en raison des coupures d'électricité et d'une interruption des télécommunications entraînées par les pénuries de carburant, deux jours après l'explosion d'un réservoir d'essence ayant fait plus de 28 morts.

placeholder

Le Liban traverse l'une des pires crises économiques au monde depuis le milieu du XIXe siècle, selon la Banque mondiale, avec une multitude de pénuries - d'essence et de médicaments notamment - qui rendent le quotidien de plus en plus pénible. L'électricité étatique est coupée désormais jusqu'à 22 heures par jour. Les générateurs de quartiers, qui prennent habituellement le relais, sont également contraints de rationner le courant, en raison des pénuries de carburant et d'une explosion des prix. Faute de mazout, "plusieurs régions du Akkar connaissent une interruption quasi totale des réseaux de téléphonie terrestre et cellulaire, mais aussi de l'Internet", a rapporté l'Agence nationale d'information (ANI). Ces coupures ont affecté "les secteurs bancaires et financiers, les services de production, mais aussi les institutions publiques et privées". C'est dans cette même région du Akkar qu'une citerne d'essence a explosé dans la nuit de samedi à dimanche, faisant au moins 28 morts et près de 80 blessés, une tragédie qui vient accentuer la pression sur un secteur hospitalier déjà à bout de souffle. Mardi, plusieurs hôpitaux du Akkar ont tiré la sonnette d'alarme au sujet des pénuries de carburant qui menacent leurs services. "Nous n'avons que 700 litres (de mazout), un stock qui ne suffit que jusqu'à demain", a expliqué à l'AFP Riad Rahal, directeur de l'hôpital privé Rahal, craignant que son établissement dans la localité de Halba ne se retrouve hors service. Il a assuré avoir contacté plusieurs fournisseurs de carburant. Pour s'entendre dire qu'ils devaient d'abord approvisionner les centrales téléphoniques, dit-il. Le centre hospitalier el-Youssef (CHY) est également en quête de mazout, selon Nathaline el-Shaar, assistante de l'administration générale. "Depuis hier, les lignes fixes sont hors service", a-t-elle expliqué à l'AFP. À Halba comme à Qoubayat (nord), les télécommunications sont temporairement interrompues "en raison du manque de mazout", a indiqué Imad Kreidieh, directeur général d'Ogero, compagnie de téléphonie publique et fournisseur d'Internet. "Si la crise du carburant persiste, ce qui se passe au Akkar s'étendra à d'autres régions." (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

logo Belga