Libye: la cheffe de la diplomatie n'écarte pas un possible report des élections

Belga

La ministre libyenne des Affaires étrangères Najla al-Mangoush n'a pas écarté mardi la possibilité d'un report des élections générales prévues en décembre si le Parlement tardait à entériner la loi électorale.La Libye tente de s'extraire d'une décennie de violences et de luttes au pouvoir. Après un accord sur un cessez-le-feu entre autorités rivales conclu en octobre 2020, un gouvernement unifié et transitoire a été installé sous la houlette de l'ONU début 2021 pour mener le pays à des élections législatives et présidentielle annoncées pour le 24 décembre. "Nous oeuvrons tous à ce que les élections aient lieu en décembre. En tant que gouvernement, nous avons fait tout ce qu'il fallait pour avancer vers les élections, en apportant notre soutien financier, logistique et matériel à la commission électorale", a dit Mme Mangoush lors d'une conférence de presse à Alger à l'issue d'une réunion des pays du voisinage de la Libye. "Je ne peux répondre à la question de savoir si les élections vont être repoussées ou pas mais nous veillons à ce qu'elles se tiennent à la date fixée", a-t-elle ajouté. "Nous attendons encore que le Parlement valide la loi électorale pour la tenue des élections. Ceci peut entraver ou retarder" le scrutin. La ministre libyenne a encore dit qu'une "réunion consultative" des pays voisins et des "Etats amis" de la Libye devrait se tenir fin septembre ou début octobre pour parler du "volet sécuritaire". "Il faut que le pays soit stable pour que l'on puisse organiser des élections." La veille, l'émissaire de l'ONU pour la Libye, Jan Kubis, présent à la réunion d'Alger, a incité les dirigeants libyens à "ne pas perdre de temps" et à finaliser le cadre constitutionnel qui permettra d'organiser les élections. La Libye a sombré dans le chaos après la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, un chaos marqué ces dernières années par l'existence de pouvoirs rivaux dans l'Est et l'Ouest sur fond d'ingérences étrangères. Malgré l'arrêt des combats en 2020 et la conclusion d'une trêve, suivis de mois de négociations pour trouver une solution au conflit, les divisions ont rapidement refait surface, et la tenue des élections devient de plus en plus hypothétique en l'absence d'un cadre constitutionnel censé les régir. (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.