Face à la crise du logement, la Wallonie veut promouvoir ses Agences immobilières sociales

Belga

Afin de faire face à la crise du logement, encore accentuée par les inondations de la mi-juillet, la Wallonie a lancé vendredi, une campagne d'information pour promouvoir ses Agences immobilières sociales (AIS).

Face à la crise du logement, la Wallonie veut promouvoir ses Agences immobilières sociales

Créées il y a une trentaine d'années, ces asbl négocient la gestion de logements auprès de propriétaires privés, d'investisseurs et de promoteurs immobiliers afin de les proposer en location à des personnes en difficulté sociale ou économique. A l'heure actuelle, 7.349 logements sont gérés par 31 AIS. "L'objectif fixé dans la déclaration de politique régionale, c'est de parvenir à 12.000 logements sociaux supplémentaires d'ici la fin de la législature, dont 6.000 par l'intermédiaire des AIS", a expliqué le ministre wallon du Logement, Christophe Collignon, au cours d'une conférence de presse. Pour y parvenir, la Région a décidé de lancer une campagne d'information - sous la forme de spots radio, d'annonces dans la presse, d'affiches ou encore de pages sur les réseaux sociaux - afin d'encourager les propriétaires à confier leur logement à une AIS en échange d'une prise en charge complète de la gestion locative de leur bien. "Confier son bien à une AIS, c'est un loyer garanti tous les mois, un logement correctement entretenu, la prise en charge de tous les aspects de la gestion locative ainsi que des avantages financiers (prêts et/ou primes à taux zéro,...) et fiscaux (exonération du précompte immobilier, réduction du taux de TVA,...", a de son côté défendu Vincent Sciarra, le directeur général du Fonds du Logement, dont dépendent les AIS. "C'est aussi un dispositif souple qui permet de mettre des biens rapidement sur le marché locatif", a enchaîné le ministre. Un avantage de taille alors que les inondations qui ont frappé la Région ont aggravé une situation déjà tendue, avec quelque 40.000 familles qui étaient en attente d'un logement social avant la catastrophe de la mi-juillet. "Nous sommes confrontés à un défi colossal", a résumé Christophe Collignon. Pour inciter les propriétaires à confier leur logement aux AIS et ainsi reloger les sinistrés, le gouvernement wallon a adopté des mesures dérogatoires urgentes prévoyant notamment des prêts à taux zéro et des subventions plafonnées à 30.000 euros, octroyés par le Fonds du Logement, pour financer les travaux nécessaires afin de rendre les habitations fonctionnelles. La durée minimale de prise en gestion par les AIS a également été revue à la baisse, de 9 à 2 ans. "Nous savons qu'il n'y aura pas de solution miracle. La seule solution, c'est la solidarité et la multiplicité des actions", a conclu le ministre. (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.