Nature et Forêt s'oppose à la coupe d'un bois pour la construction de logements étudiants

Belga

L'Agence flamande Nature et Forêts s'oppose au projet de l'Université de Gand de déboiser 4.000 mètres carrés de forêt, une coupe nécessaire, selon l'UGent, à la construction d'une résidence pour étudiants, a indiqué lundi la ministre flamande de l'Environnement Zuhal Demir (N-VA). Cette dernière estime que les alternatives à ce projet n'ont pas été suffisamment examinées.

Nature et Forêt s'oppose à la coupe d'un bois pour la construction de logements étudiants

La province de Flandre orientale a déjà accordé un permis pour la construction de ce complexe étudiants à De Sterre. Celui-ci comptera 212 chambres destinées à accueillir les étudiants du centre-ville afin de soulager l'énorme pression qui pèse sur le marché résidentiel à Gand. Néanmoins, pour permettre cette édification, une forêt doit être coupée, ce qui ne plait pas à certains riverains et associations environnementales telles que Natuurpunt et Gents Milieufront. Nature et Forêt a déjà émis un avis négatif et la ministre Zuhal Demir a confirmé que l'agence régionale ferait appel contre le permis accordé. "Le changement climatique pose de grands défis, en particulier dans nos villes", a déclaré Mme Demir. "Nos villes ne feront que se réchauffer davantage à l'avenir. Cela signifie que nous devons protéger autant que possible la verdure qui est encore présente afin que nos forêts et nos arbres urbains puissent jouer au maximum leur rôle de climatisation naturelle." L'association environnementale Gents Milieufront a également déjà annoncé son intention de faire appel contre le permis. Celui-ci sera probablement déposé mercredi. "Nous espérons que l'UGent reconsidérera son projet", a indiqué le coordinateur Steven Geirnaert. Le recteur de l'UGent, Rik Van de Walle, a pour sa part répondu que la décision n'a pas été prise à la légère et précisé qu'il souhaitait toujours l'avènement du projet. L'université prévoit des compensations à Zottegem et Lubbeek sur des terrains appartenant à Natuurpunt, a-t-il également rappelé. En outre, lorsque le site a été choisi, un plan biodiversité approuvé le 13 mars 2020 prévoyait des exceptions pour les projets en cours, comme le bâtiment en question, a-t-il ajouté. Le recteur a surtout insisté sur la nécessité de logements étudiants supplémentaires. "Il existe un grand besoin de logements étudiants plus abordables et de qualité. Et il est urgent de répondre à ce besoin." La décision de construire un complexe pour étudiants à De Sterre a été prise en 2016. "Je n'étais pas recteur à l'époque et je n'ai pas été impliqué dans cette décision. Mais c'était une décision légitime." "Nous devons à présent construire des chambres supplémentaires en raison du mauvais état de nos résidences les plus anciennes (construites dans les années '60 et '70). Afin d'offrir le même nombre de chambres pendant la rénovation, il faut au préalable construire deux nouvelles résidence", calcule le recteur. Gand compte une importante population étudiante, qui exerce une pression sur le marché du logement rendant l'immobilier inabordable pour ces étudiants et les jeunes familles. L'université, quant à elle, dispose d'un patrimoine très vétuste, ce qui rend nécessaire de nouveaux investissements. Selon M. Van de Walle, la faute incombe à "des années de sous-financement de nos infrastructures par le gouvernement". (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.