Discours sur l'état de l'UE - MSF espère que les promesses vont se concrétiser pour un accès mondial aux vaccins

Belga

Dans son discours du 15 septembre sur l'état de l'Union européenne, la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen a une fois de plus souligné l'importance d'un accès mondial aux vaccins afin d'éradiquer la pandémie de Covid-19. L'organisation Médecins sans frontières (MSF) estime, dans un communiqué mercredi, que "jusqu'à maintenant, leurs mots étaient des paroles en l'air" et espère qu'à présent "les paroles de l'Union européenne vont se concrétiser en actes"."L'Union européenne aime se décrire comme championne de l'équité en matière de vaccins", commente le docteur Christos Christou, président de MSF. "Mais l'UE continue de bloquer les initiatives qui consistent à aider les autres pays à produire leurs propres vaccins et produits thérapeutiques et n'a pas partagé à temps les doses de vaccins promises. Par conséquent, de nombreux pays sont confrontés à des pénuries dramatiques de vaccins de Covid-19. Dans les pays à faibles revenus, seulement 1,1% de la population a reçu au moins une dose". L'UE rejette également les initiatives qui pourraient maximiser et diversifier la production de vaccins et de produits thérapeutiques au niveau mondial, accuse encore MSF. Elle n'a pas négocié ni demandé le partage des technologies et des droits de propriété intellectuelle dans le cadre de ses accords de financements et d'achats des vaccins et des produits thérapeutiques Covid, poursuit l'ONG. Elle n'a pas non plus soutenu ouvertement les initiatives de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour le partage volontaire de ces technologies et des droits de propriété intellectuelle, selon MSF. Toujours d'après l'ONG, l'UE est notamment l'un des principaux opposants à la dérogation ADPIC, une proposition de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) visant à permettre aux pays la levée temporaire de certains droits de propriété intellectuelle pour produire des outils médicaux vitaux Covid-19 tels que les vaccins, et a activement fait dérailler le processus de négociation à cet égard. "L'Union européenne donne la priorité aux intérêts de sa propre industrie pharmaceutique au détriment des avantages sanitaires plus larges et au lieu de répondre aux besoins médicaux mondiaux causés par la pandémie", conclut le Dr Christou. (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.