Incidents au centre d'accueil de Mouscron: Fedasil va rencontrer les autorités communales

Belga

Suite à divers incidents impliquant des résidents du centre d'accueil de Fedasil "Le Refuge", basé à Mouscron, la direction de Fedasil a annoncé mercredi vouloir rencontrer prochainement les autorités communales afin de trouver des solutions concrètes pour ramener la sérénité à l'intérieur et à l'extérieur du centre d'accueil. Plus tôt dans la journée, la bourgmestre de Mouscron, Brigitte Aubert (cdH), envisageait la fermeture du centre en l'absence de réaction.Plusieurs incidents impliquant des résidents du 'Refuge' ont été rapportés ces derniers jours. Les témoignages relayés par la presse faisaient état de bagarres, d'une agression au couteau et de consommation excessive d'alcool, voire de drogues. Le directeur général de Fedasil, Michael Kegels, s'est entretenu mardi soir avec la bourgmestre de Mouscron. "Il a tenu à lui assurer qu'une analyse de la situation était en cours, avec l'objectif de ramener le calme au plus vite. Le point a également été abordé avec le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration, Sammy Mahdi (CD&V), qui a fait part de son souhait de visiter rapidement le centre d'accueil", indique Fedasil dans un communiqué. Dans l'intervalle, l'agence fédérale pour l'accueil des demandeurs d'asile a décidé de faire appel à une société de gardiennage externe pour garantir un maximum de sécurité devant le centre d'accueil de Moucsron. D'autres mesures seront prises suite à la concertation avec les autorités communales. Le "Refuge" accueille actuellement 855 résidents, tant des familles avec enfants que des hommes, femmes et mineurs isolés. "L'occupation dans le réseau de Fedasil est actuellement trop importante pour pouvoir baisser rapidement le nombre de personnes accueillies dans le centre mouscronnois", regrette l'agence fédérale. La pression sur le réseau d'accueil s'explique notamment par une hausse des demandes d'asile en Belgique, les opérations de rapatriements d'Afghanistan, la réinstallation de réfugiés syriens, les places réservées pour les cas de quarantaine liées au Covid-19 et les places perdues suite aux inondations de fin juillet. (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.