Sortie du nucléaire : "Ce serait une faute politique de décider" sur base de l'avis du CSS

Belga

L'avis du Conseil supérieur de la Santé (CSS) sur l'enjeu du nucléaire "repose sur des erreurs d'analyse" et "n'objective rien du tout", a affirmé lundi le président du MR, Georges-Louis Bouchez, sur Twitter. "Ce serait une faute politique de le croire et de décider sur cette base", y a-t-il ajouté.

Sortie du nucléaire : "Ce serait une faute politique de décider" sur base de l'avis du CSS

Dans son rapport publié ce lundi, le CSS estime notamment que "sur le plan environnemental, éthique et sanitaire, l'énergie nucléaire de fission, telle que déployée actuellement, ne peut pas prétendre satisfaire aux principes du développement durable". Une position saluée par la ministre de l'Energie, Tinne Van der Straeten (Groen) et par celle du Climat, l'Ecolo Zakia Khattabi. Du côté des libéraux, le son de cloche est différent. "L'avis du CSS repose sur des erreurs d'analyse, comme en ce qui concerne la part de l'électricité dans notre production énergétique, en ignorant son accroissement dans les prochaines années, entre autres, par l'électrification de notre parc automobile", a ainsi réagi le président du MR. "Ce rapport n'objective rien du tout. Et ce serait une faute politique de le croire et de décider sur cette base. Le niveau d'émissions de CO2 doit rester notre première préoccupation. La COP26 doit réellement servir à quelque chose", a-t-il ajouté. "L'avis du CSS sur le nucléaire ne compare pas cette énergie au gaz. Personne n'a indiqué que le nucléaire était sans contrainte mais on peut indiquer qu'aujourd'hui, face au défi climatique, c'est certainement une solution utile du mix pour réduire les émissions de CO2", a encore souligné Georges-Louis Bouchez. Toujours dans les rangs du MR, l'ancienne ministre de l'Énergie, Marie-Christine Marghem n'a pas non plus mâché ses mots. "Ce rapport tombe à point nommé pour les antinucléaires primitifs jouant sur les peurs. Sa qualité scientifique est d'autant plus branlante que trois experts l'ont désapprouvé et qu'on n'a même pas la force morale de citer leurs noms", a-t-elle écrit sur le réseau social en retweetant le spécialiste de l'ULiège, Damien Ernst. Selon ce dernier, le CSS "s'est couvert de disgrâce aujourd'hui en publiant un énième rapport à charge du nucléaire dont la qualité scientifique au mieux indigente". (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.