Coronavirus - "Nous avons été forcés de recourir au CST"

Belga

Selon le président de la N-VA, Bart De Wever, le gouvernement flamand a été mis sous pression lors du dernier comité de concertation consacré à la gestion de la pandémie."Dans une pandémie où l'état d'urgence est déclaré, en vertu du plan catastrophe et de la loi pandémie, la Flandre n'a pas grand-chose à dire. Il s'agit de limiter constamment les dégâts", a-t-il déclaré au cours de l'émission Terzake (Canvas - VRT). "Nous sommes forcés d'utiliser ce Covid Safe Ticket et c'est une 'fausse bonne idée'." "Le niveau flamand devait faire une chose: vacciner sa population. Nous l'avons fait brillamment, avec 92%", a ajouté M. De Wever. "Si une Région a 10% d'occupation sur les soins intensifs et que la Wallonie en a 15% et Bruxelles 25%. Où allez-vous renforcer les mesures? Pour le club Vivaldi, c'est en Flandre." Pour Bart De Wever, il aurait donc fallu agir principalement dans les deux autres régions. "On pourrait s'attendre à ce que, si le meilleur élève fait un effort supplémentaire, le plus mauvais élève fasse de même. Mais cela ne se passe tout simplement jamais". Le président de la N-VA estime que le CST dans l'horeca est une mauvaise idée, car il crée un faux sentiment de sécurité. Cela encouragerait les gens à négliger toutes les mesures de précaution. Selon M. De Wever, le taux de vaccination ne peut pas être augmenté de manière significative en Flandre. D'après le bourgmestre N-VA , deux tiers des personnes en soins intensifs à Anvers ne sont pas vaccinées. "Et la plupart de ces personnes sont d'origine non-européenne. Ce sont les groupes qu'il est très difficile d'atteindre avec la vaccination", explique M. De Wever. "Ce ne sont pas non plus les gens qui sont assis à côté de vous au restaurant". (Belga)

© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.